X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez les catégories ci dessous pour être alertés dès qu'un contenu y figurant est publié sur notre site

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

10 Mar 2010

Dossiers > Billettique : ce qu’il faut savoir avant de valider son choix

Billettique : ce qu’il faut savoir avant de valider son choix

Commencer par lister les fonctionnalités « On ne choisit pas une solution technologique, car on se fermerait immédiatement des tas de portes ! Le choix d’une technologie dicterait ses contraintes, par exemple en imposant de nouvelles méthodes de travail. Il faut d’abord lister les fonctionnalités dont on a besoin : c’est ce qui sera le moteur du choix. » C’est le premier conseil que donne Dominique Bièvre, PDG fondateur de DTB Consult, consultant spécialisé dans les systèmes billettiques. Car le monde de la billetterie dans les transports publics reste très contrasté : « des technologies de pointe pilotées par des systèmes complexes côtoient des solutions beaucoup plus anciennes où les opérations restent mécaniques ou manuelles », rappelle-t-il. Et si le règne du sans-contact peut paraître aujourd’hui sans partage, c’est entre autres à cause du lobbying des fabricants. Se souvenir que le billet électronique n’est pas universel Plébiscité pour son image moderne, ses possibilités d’analyse des flux, et donc la connaissance des habitudes des voyageurs, et considéré comme un « must » pour faciliter l’intermodalité, le billet électronique ne répond pourtant pas à toutes les problématiques. En particulier, il n’est pas la solution pour le billet unitaire, qui représente encore 20 à 30 % des ventes des réseaux. Tout simplement parce qu’il est encore très cher. « Au mieux, un ticket sans contact jetable coûte 30 centimes la pièce alors que le coût d’un billet magnétique au format Edmonson [celui du ticket de métro parisien, ndlr] est inférieur à 1 centime ! Quand on sait qu’un réseau comme celui de la RATP compte environ 800 millions d’occasionnels par an, on voit tout de suite que l’enjeu est énorme », explique le consultant. « Typiquement, les cartes sans contact prennent tout leur sens quand elles portent des titres d’une durée de vie supérieure à un jour », conclut le consultant. Bien tenir compte...

L’accès à cet article est protégé

Cet article est payant ou réservé aux abonnés

DOSSIERS PrécédEnts

Comment le TGV transforme les villes

Quel modèle économique pour l’open data ?

L’insolente santé d’Alstom

Tram Express 11 Ce que veut la SNCF… et que refusent les syndicats

Amériques. La renaissance des transports publics

Rennes sera la première ville au monde à rouler en Cityval

Scania. L’éthanol boostera-t-il ses bons résultats ?

Le savoir-faire se croise à Lille

Alstom se lance dans le bus électrique

Grands Prix des régions Ville Rail & Transports 2017

Equipementiers. Comment les Français peuvent s’en sortir

Vélo. La France doit passer à la vitesse supérieure

Signaler un problème