X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Renaissance de la ligne Montréjeau – Luchon d’ici fin 2020

La ligne de train Montréjeau - Luchon rouvrira fin 2020. C’est ce que Carole Delga, présidente de la région Occitanie, est venue annoncer le 12 mai à Luchon devant 150 personnes, usagers, habitants et élus locaux. Mise en service en 1873, la ligne Montréjeau - Luchon avait été suspendue en novembre 2014, suite notamment aux inondations de 2013 qui avaient fragilisé les voies et plusieurs ouvrages. Depuis, la desserte est assurée en autocar. Montréjeau - Luchon est la première de six lignes rurales ou de montagne que la région Occitanie a décidé de rouvrir pour l’aménagement de son territoire, suite aux Etats généraux du rail du printemps 2016. « Une étude réalisée en 2015 avait montré que la fermeture de cette ligne avait une vraie conséquence économique sur l’emploi dans nos vallées, avec une baisse de la fréquentation des thermes et des structures d’hôtellerie-restauration, indique Carole Delga. Il y a des zones pour lesquelles l’infrastructure routière n’est pas suffisante pour avoir une bonne desserte. » Entre les trois scénarios évoqués par le comité de pilotage de l’avenir de la ligne, le choix d’investissement de la région s’est porté sur la rénovation de la voie et des ouvrages, mais pas de la caténaire. La ligne fonctionnera donc avec des locomotives bimodes, roulant à l’électricité jusqu’à Montréjeau et au diesel sur les 35 km séparant Montréjeau à Luchon. « Le coût est de 36 millions d’euros au lieu de 56 millions, or les 20 millions de plus ne se justifiaient pas au vu des faibles émissions de CO2 », explique la présidente. Sur 36 millions d’euros, 26 millions seront pris en charge par la région Occitanie, six millions par l’Etat dans le cadre du contrat de plan Etat-Région et 4,5 millions par la SNCF. La région prendra aussi à sa charge le déficit d’exploitation. « Les premiers chiffres de déficit annuel estimés à quatre millions d’euros...

L’accès à cet article est protégé

Cet article est payant ou réservé aux abonnés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème