X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Premiers essais pour la rame à hydrogène Coradia iLint d’Alstom

Tous les visiteurs l’ont admiré en septembre dernier à InnoTrans, à Berlin. Six mois plus tard, le 14 mars, le Coradia iLint d’Alstom atteint 80 km/h sur une voie d’essai de l’usine de Salzgitter en Basse-Saxe (Allemagne). Prévus sur quatre semaines, ces premiers essais dynamiques doivent être suivis d’autres, dans les prochains mois, sur l’anneau tchèque de Velim. Cette fois, il s’agira d’atteindre 140 km/h, la vitesse maximale de cet autorail d’un nouveau genre, tirant son énergie électrique d’une pile à combustible associée à un stockage de cette énergie par batteries embarquées. Le combustible utilisé étant l’hydrogène, on parle parfois aussi d’hydrail pour désigner ces rames automotrices n’émettant qu’un peu de vapeur et d’eau condensée, tout en pouvant parcourir des lignes non électrifiées. C’est ainsi que le Coradia iLint est censé effectuer ses premiers essais avec des voyageurs sur la ligne Buxtehude – Bremervörde – Bremerhaven – Cuxhaven, dans le nord-ouest de l’Allemagne, début 2018. Les essais en cours à Salzgitter ont pour but selon Alstom « de confirmer la stabilité du système d’alimentation basé sur une interaction coordonnée entre la traction, la pile à combustible et la batterie du véhicule ». La force de freinage est également testée « pour vérifier l’interface entre le frein pneumatique et le frein électrique ». Auparavant, en statique, toutes les fonctions électriques et pneumatiques avaient été testées et vérifiées. TÜV Süd « a certifié la sécurité de la batterie, du système de réservoir de pression et de la pile à combustible pour les prochaines phases d’essai ». Pour les besoins de ces essais, précise le constructeur, « un poste de remplissage mobile a été construit à Salzgitter afin de pomper de l’hydrogène gazeux dans le réservoir de pression du train Coradia iLint ». Alstom précise que l’hydrogène utilisé pour les essais est le sous-produit d’un processus industriel, qui est raisonnablement réutilisé comme un résidu....

L’accès à cet article est protégé

Retrouvez l’article Premiers essais pour la rame à hydrogène Coradia iLint d’Alstom dans le magazine VR&T n°598

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème