X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

dossiers partenaires

  • Quai TGV usagers

    THNS – Train à Haut Niveau de Service : Retour vers le futur

Pas de candidat français pour la grande vitesse en Californie

A la date limite de remise des candidatures pour l’assistance à la mise en œuvre de la ligne ferroviaire à grande vitesse californienne... style="margin-bottom: 0px; text-align: justify; font-size: 14px; line-height: normal; font-family: Georgia; color: rgb(50, 51, 51); -webkit-text-stroke-color: rgb(50, 51, 51); -webkit-text-stroke-width: initial;"> cinq réponses avaient été reçues par la California High-Speed Rail Authority. Cette dernière cherche à conclure un partenariat avec un opérateur ferroviaire de classe mondiale pour l’assister au développement initial du train à grande vitesse, au niveau « système ». Une mission qui comprendra l’acquisition du matériel roulant, des voies, des équipements et des gares, mais aussi la responsabilité de la mise en service de l’exploitation sur la section entre la Silicon Valley et la Central Valley (phase 1). Le contrat, d’une valeur maximale de 30 millions de dollars (28,25 millions d’euros) sur six ans, devrait être signé l’été prochain. Par ordre alphabétique, ces cinq candidats sont : China HSR ETO Consortium (China Railway International, Beijing Railway Administration, China Railway Eryuan Engineering Group et China Railway Corporation) ; DB International US (DB International USA, Deutsche Bahn AG, Alternate Concepts et HDR) ; FS First Rail Group (Ferrovie dello Stato Italiane S.p.A., FirstGroup plc, Trenitalia, Rete Ferroviaria Italiana S.p.A., CentoStazioni S.p.A., Italferr S.p.A. et McKinsey & Company Inc.) ; Renfe (Renfe Operadora, Globalvia Inversiones S.A.U. et Adif) ; et enfin Stagecoach Group (Stagecoach Group plc et Coach USA Administration). Des candidats chinois, allemands, italiens, britanniques ou espagnols… Mais étrangement, pas de traces d’entreprises françaises ou japonaises dans les consortiums candidats. Certes, ce contrat initial n’est que très modeste en valeur, mais il a une grande importance stratégique pour les choix qui guideront la réalisation de la première « vraie » ligne à grande vitesse américaine. Patrick Laval

L’accès à cet article est protégé

Cet article est payant ou réservé aux abonnés

sur le même thème

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème