X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez les catégories ci dessous pour être alertés dès qu'un contenu y figurant est publié sur notre site

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

dossiers partenaires

  • Saint Quentin En Yvelines Grand Paris

    Saint-Quentin-en-Yvelines relève le défi du Grand Paris

  • Siemens partenaire du Grand Paris

    Siemens partenaire du Grand Paris

  • EOLE RER E

    Les huit paris d’Eole

  • Quai TGV usagers

    THNS – Train à Haut Niveau de Service : Retour vers le futur

  • Bus mobilite

    Mobilité et villes moyennes. Etat des lieux et perspectives

  • Société du Grand Paris

    Le Grand Paris Express invente le métro du XXIe siècle

02 Mar 2017

Politique , Ile-de-france , Paris

Paris réduit la place de la pub de 40 %

Le Conseil de Paris étudiera fin mars le renouvellement du contrat de mobilier urbain d’information. Le nouveau contrat va permettre de réduire de 40 % la surface publicitaire des mobiliers d’affichage dans les rues de la capitale et de mieux prendre en compte les enjeux environnementaux (consomation d’énergie). La Ville avait en effet lancé au printemps 2016 une mise en concurrence qui a abouti au dépôt d’une seule offre, portée par Somupi, filiale de JCDecaux (66 %) et du groupe Publicis (34 %). Après une phase de négociations, le Conseil de Paris sera amené fin mars à délibérer sur l’attribution de cette concession de service. Si le nombre de mobiliers resterait inchangé (1 630), la maire de Paris a décidé de supprimer les 350 grands modèles de 8 m2 pour les remplacer par des petits modèles de 2 m2. Il est prévu aussi que 15 % des mobiliers soient numériques et connectés. La concession, rendue possible par la dissociation des marchés Vélib’ et mobiler urbain, sera sur une durée de cinq ans au lieu de dix. Autre nouveauté : la ville sera propriétaire du mobilier. « Le délégataire reverserait 53 % de ses recettes publicitaires nettes à la Ville, avec une redevance minimum garantie de 30 millions d’euros par an. C’est cinq millions d’euros de plus que le minimum attendu dans le cahier des charges de l’appel d’offres », explique la Mairie.

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème