fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Le Möbius pour Angoulême, cité de la BD

Article présent dans le dossier : BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 1 : l’année des BHNS

BHNS Angoulême 

Malgré un petit couac à l’allumage – des dysfonctionnements sur le système de priorité aux feux et aux carrefours –– deux nouvelles lignes de bus à haut niveau de service traversent depuis le 2 septembre l’agglomération du Grand Angoulême, en rabattement vers le pôle d’échange multimodal et la gare TGV. 31 km de lignes, dont seulement six sur voies dédiées mais avec un principe absolu : pour préserver la vitesse commerciale des BHNS, aucun autre véhicule ne peut les dépasser lorsqu’ils sont arrêtés en station pour prendre et déposer des voyageurs. Sur le modèle des Chronobus de Nantes. En heure de pointe, ils passent toutes les 10 minutes. Baptisés Möbius, en référence au ruban du même nom mais aussi au dessinateur de BD Moebius (alias Jean Giraud), les 26 bus hybrides (électrique et thermique) achetés à Heuliez Bus assurent 40 % du trafic du réseau STGA, complètement réorganisé par la même occasion. 110 000 habitants, soit 78 % de la population de l’agglomération (38 communes) ont maintenant un accès direct au réseau « à moins de 500 mètres d’un arrêt », assure Jean-François Dauré, président du Grand Angoulême. Pour un investissement total de 88 millions d’euros, avec 5 millions de subvention de l’Etat dans le cadre de l’appel à projets TCSP (Grenelle 2), et d’autres financements de l’Union européenne et du département.

N. A.


En chiffres

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers