fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Le nouveau monde des Nemo à Amiens

Article présent dans le dossier : BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 1 : l’année des BHNS

BHNS Amiens 100 électrique Nemo

Amiens est la première métropole à faire rouler ce modèle « ie tram » d’Irizar.

Silencieux, longs et élégants, arborant des dessins de BD sérigraphiés sur leurs vitres, les bus électriques à haut niveau de service ont fait leur apparition le 11 mai dernier à Amiens. Une arrivée remarquée, d’autant que les débuts n’ont pas été de tout repos : bus supprimés, retardés (fortement), itinéraires fantaisistes… Il fallait les « déverminer », expliquent leurs promoteurs en rappelant que ces bus électriques articulés de 18 mètres de long n’existaient nulle part ailleurs avant leur arrivée dans la capitale picarde. Mais, le jeu en valait la chandelle, poursuivent-ils, assumant « ce choix risqué ».

« Quand nous sommes arrivés aux responsabilités il y a cinq ans, nous avions expliqué que nous voulions un système de transport moderne compatible avec la taille de l’agglomération, mais que nous ne voulions pas du projet de tramway d’une longueur de 10,5 km coûtant 500 millions d’euros et non financés », rappelle Alain Gest, le président d’Amiens Métropole.

La collectivité décide alors de lancer quatre lignes structurantes de 48 km, dont trois lignes intégralement électriques. Sur ces lignes qui desservent les grands pôles de l’agglomération, dont le centre-ville, ces bus baptisés Nemo roulent en partie sur des sites propres (46 % du parcours) ...

Il vous reste 78% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 1 : l’année des BHNS dans le magazine VR&T n°628

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers