fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

08 Juil 2019

Entreprise ferroviaire , Exploitant

Dossiers > Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission > La consécration de l’électromobilité

La consécration de l’électromobilité

Article présent dans le dossier : Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission

Signe des temps, les constructeurs d’autobus n’ont exposé, au congrès UITP de Stockholm, que des véhicules conçus pour l’électromobilité. Les seules véritables exceptions provenaient du polonais Solaris, qui profitait de cette occasion pour dévoiler, en première mondiale, un Urbino de 12 m mû à l’hydrogène, et du belge Van Hool, déjà très expérimenté en ce domaine. Des exceptions au demeurant toutes relatives, puisque la pile à combustible est un mode de propulsion qui, lui aussi, fait appel à la traction électrique ! Il était significatif de constater qu’aucun des habituels constructeurs possédant à leur catalogue une offre GNV (gaz naturel pour véhicules), à savoir le suédois Scania – l’un des deux « régionaux de l’étape » –, l’italien Iveco, les Allemands MAN et Mercedes, ou encore le polonais Solaris, n’avait cru bon d’apporter à Stockholm un autobus fonctionnant au gaz. Un concept-bus autonome, électrique et modulaire chez Scania

Autobus le matin et le soir, il troque sa carrosserie pour celle d’un camion de livraison en milieu de journée, et pour celle d’une benne à ordures durant la nuit : c’est le NXT de Scania, attendu, en conduite autonome, à l’horizon 2030.

C’est ainsi que Scania avait pris le parti, cette fois-ci, de sortir des sentiers battus, en jouant ostensiblement la carte du « high-tech ». Le seul véhicule présent sur son stand était un concept-bus, là encore 100 % électrique, et évoluant en conduite autonome. Appelé NXT, ce curieux engin est basé sur un design modulaire, qui doit le rendre apte à remplir différentes missions de transport dans un ...

Il vous reste 89% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission dans le magazine VR&T n°625-626

DOSSIERS PrécédEnts

Feu vert pour les téléphériques français

Ces tunneliers qui creusent le ventre du Grand Paris

Le RER s’exporte en régions

Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission

Comment les start-up inventent la mobilité de demain

Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

Spécial UITP – Le modèle suédois

Spécial UITP – Bus et cars : la transition énergétique vue par les constructeurs suédois

Spécial UITP – Crossway « Natural Power », les nouveaux cars propres d’Iveco

La Bretagne remporte le Grand prix TER

La nouvelle route

RATP Dev et Keolis en lice pour le métro de Buenos Aires