fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

NExTEO, des trains quasi automatiques sur le tronçon central

03 Mai 2024

Eole

Dossiers > Eole part à la conquête de l’Ouest > NExTEO, des trains quasi automatiques sur le tronçon central

Article présent dans le dossier : Eole part à la conquête de l’Ouest

Ce nouveau contrôle d’automatisme, de contrôle et de supervision des trains, appelé NExTEO, doit permettre de révolutionner l’exploitation de cette ligne. C’est une sacrée novation que nous promet SNCF Réseau avec son nouveau système d’exploitation, installé dans le tronçon central du RER E prolongé, entre Pantin et Nanterre. Concrètement, ce système doit permettre le passage de 28 trains par heure et par sens –contre 16 actuellement –, à 120 km/h, avec des intervalles réduits de 180 à 108 secondes entre deux trains. On pourrait en théorie aller jusqu’à 32 trains par heure, mais la forte pente à La Défense empêche de faire passer autant de trains, remarque Xavier Gruz, chef du projet chez SNCF Réseau. De toute façon, les voies sont pour l’instant saturées au-delà.

Base d’essai NExTEO de Gagny.

Le nouveau dispositif d’automatisme CBTC (contrôle des trains basé sur la communication) fait dialoguer les trains en permanence avec un ordinateur central qui supervise leur position, calcule leur vitesse, prend en charge les phases d’accélération et de freinage, etc. Il intègre un système de « cantonnements mobiles » : la signalisation traditionnelle doit disparaître, l’espacement de sécurité entre deux rames étant calculé en temps réel et se déplaçant avec elles. La technologie a déjà été éprouvée pour les métros automatiques —l’ingénierie de la RATP a été associée ...

Il vous reste 77% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Eole part à la conquête de l’Ouest dans le magazine VR&T n°683

DOSSIERS PrécédEnts

GRANDS PRIX DES REGIONS 2024

Le livre d’or des transports olympiques

Equipementiers & services – Dans huit autres villes hôtes, les transports urbains sont aussi en première ligne

Equipementiers et services : RAILwAI exploite la richesse des données ferroviaires