fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

12 Nov 2019

Guillaume Pépy

Dossiers > Nos années Pepy > Mitraillette à idées

Mitraillette à idées

Article présent dans le dossier : Nos années Pepy

« La SNCF ? Non merci, j’ai déjà donné, et deux fois ! » rétorquait Guillaume Pepy en 1996, quand on lui posait la question d’un retour dans l’entreprise qu’il venait de quitter. Il y eut pourtant une troisième fois. Elle commença en juillet 1997 et dura plus de 22 ans. La première fois, en 1988, le jeune énarque, maître des Requêtes au Conseil d’État, passé par les cabinets ministériels, est nommé directeur de cabinet de Jacques Fournier, président de la SNCF. Christian Fauvet, ancien journaliste politique et directeur de la rédaction de La Vie du Rail, s’étonne de la liberté de parole du dircab et de sa rapidité. « Une mitraillette à idées ! ». Thierry Mignauw, qui lui a succédé au cabinet de Jacques Fournier et qui se dit « monotâche », complète : « il faisait trois choses à la fois. »

Il quitte assez vite l’entreprise pour retourner dans les ministères et s’en aller diriger le cabinet de Michel Durafour, ministre de la Fonction publique, puis de Martine Aubry, ministre du Travail.

François Dumont

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers