Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Yespark veut être le « Free » du parking

La première plate-forme mobile de location de places de parking en Ile-de-France multiplie les accords de partenariats. Récemment, c'est avec le sulfureux Uber que Yespark s'est associé dans le but de proposer aux 14 000 chauffeurs de VTC un programme de fidélité avec tarifs préférentiels pour se garer sur l'une des 3 000 places offertes par la plate-forme, dont à peu près la moitié à Paris et le reste dans 35 communes d'Ile-de-France. Avantage pour Uber : fidéliser ses chauffeurs qui ont besoin de stationner à peu de frais leur berline haut de gamme. Intérêt pour la start-up âgée de deux ans : espérer voir grossir sa communauté d'utilisateurs, qui oscille actuellement entre 1 000 et 3 000 clients. Et quelques jours plus tard, le 12 avril, c'est avec le loueur de véhicules pour VTC, Voitures Noires, qu'un partenariat identique était signé. Story-telling oblige, c'est suite à une expérience personnelle que l'idée a germé dans la tête de Thibaut Chary, président cofondateur de Yespark. « Invité chez des amis à Boulogne-Billancourt, j'ai mis plus de 20 minutes à trouver une place de stationnement, alors qu'il y avait plein de places libres mais inutilisables dans le parking de leur immeuble… », raconte-t-il. Et vu la rareté du stationnement en Ile-de-France, « c'est trop bête toutes ces places perdues ! », s'est-il dit. Il s'est alors attelé à recenser les places de stationnement inutilisées en souterrain, avec dans l'idée de les proposer principalement à la location de courte durée. Mais, son étude de marché achevée, il s'aperçoit que la cible, ce n'est pas tellement le Francilien qui va au ciné et voudra se garer en sous-sol pour quelques heures et quelques euros, l'idée étant en ce cas de casser les prix des gros acteurs du marché comme Indigo, Effia, Q-Park ou encore la Saemes. Non, la demande...

L’accès à cet article est protégé

Cet article est payant ou réservé aux abonnés

sur le même thème

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème