fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Cédric Villani à la rescousse de la ligne 18 du Grand Paris

Cedric_Villani © Marie-Lan Nguyen

© Marie-Lan Nguyen

C’est à Supelec, sur un plateau de Saclay en pleins travaux, que la ligne 18 a fait l’objet samedi 18 novembre d’un débat attendu, dans un climat tendu. Organisée à l’initiative de trois députés du secteur, dont Cédric Villani (La République en marche), la rencontre ne faisait pas que des heureux. Pour la Société du Grand Paris, la ligne étant d’utilité publique, le débat est clos. Le maître d’ouvrage avait adressé une lettre aux organisateurs pour annoncer qu’il n’y participerait pas, avant de se raviser, poussé selon nos informations par le cabinet d’Elisabeth Borne, et de dépêcher son directeur des relations institutionnelles, Antoine Dupin. Il faut dire que le débat avait reçu la précieuse estampille des Assises de la mobilité. Débat « de bonne tenue », assure l’un des participants. Ont pu notamment s’y exprimer des associations dans l’ensemble hostiles au projet, qu’elles soient du plateau ou de la vallée, proposant des alternatives (tramway sur le plateau, et téléphérique pour relier le RER en vallée au plateau), ou pointant les carences des RER B et C, des maires de petites communes plutôt favorables à la ligne mais hostiles au passage en viaduc, et des députés plus favorables qu’on ne s’y attendait. Débat serein qui a fait regretter à Cédric Villani qu’il n’ait pu avoir lieu plus tôt. A l’idée d’un tramway remplaçant l’actuel BHNS Massy – Saclay, Laurent Probst, le directeur général d’Ile-de-France Mobilités a rétorqué que la métamorphose du site paralyserait la ligne pendant les trois ans des travaux. Mal venu, alors qu’à l’heure de pointe elle est saturée : d’où la nécessité du métro souterrain. Quant au téléphérique, l’étude est lancée mais les capacités ne sont à ses yeux pas suffisantes pour assurer une bonne desserte du plateau.
Si le trafic est conséquent entre Massy et Saclay, à l’est, entre Orly et Massy, c’est moins le cas ; reste que la ligne 14 étant censée arriver en 2024 à Orly, la constitution d’un grand pôle de transport autour de l’aéroport pourrait rendre nécessaire la première phase de projet dans sa totalité. Quant à l’ouest de Saclay, alors qu’il est prévu en seconde phase et n’est pas censé répondre à un fort besoin, Cédric Villani en a défendu l’idée, tout en se disant favorable à l’enfouissement de la ligne dans cette partie des Yvelines. Un débat dont la SGP ne voulait pas entendre parler, mais qu’elle n’a pas à regretter. Et qui a montré que le lauréat de la médaille Fields ne manque pas de talent politique.
F. D.

1 réaction à cet article

  • Avatar

    Assises de la mobilité sur le plateau de Saclay

    Vous passez sous silence la première séquence de ce colloque, où l\'urbaniste Jacqueline Lorthiois a présenté une analyse, basée sur les chiffres de l\'INSEE, des bassins d\'emploi traversés par l\'hypothétique...

    0 réaction de membres à cette opinion
Accédez à l’espace débat