fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !

Se connecter avec



ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Périphérique parisien : Valérie Pécresse s’en mêle

Périphérique_2050

Le périphérique en 2050 de la porte d'Orléans à Balard, vu par l'équipe SUN et présenté au Pavillon de l'Arsenal : 50% de l’emprise de la voirie est appropriée pour d’autres usages que celui des déplacements motorisés.

© Rogers Stirk Harbour + Partners / Équipe SUN

A l’occasion du lancement de l’exposition « Routes du futur Grand Paris » le 6 juin, au pavillon de l’Arsenal à Paris (lire), Valérie Pécresse a annoncé le lancement d’une concertation sur le boulevard périphérique parisien. Une semaine après les annonces d’Anne Hidalgo, la présidente de région veut donc faire auditer par des experts les mesures que la maire de Paris doit présenter aujourd’hui en conseil (lire). Ces propositions visent à fluidifier le trafic, réduire la pollution sur cette rocade urbaine de 35 km, propriété de la Ville. Et en changer la gouvernance.

L’objectif, à plus long terme, étant de transformer cette infrastructure routière qui absorbe quotidiennement plus d’un million de véhicules, en un “boulevard urbain”. Sans voitures.

Ile-de-France Mobilités organise la concertation

Valérie Pécresse confie l’organisation de la concertation sur le périph’ à Ile-de-France Mobilités. L’autorité organisatrice des transports qu’elle préside aussi, doit associer pour cet exercice l’Etat, la Ville de Paris, les départements de petite et de grande couronnes, les communes, les établissements publics territoriaux franciliens, les acteurs économiques et des associations.

Le groupe de travail devrait rendre ses premières conclusions à l’automne, et présenter « les différents scénarios d’évolution [du Périphérique] en lien avec la modernisation et le développement du réseau de transports en commun », indique le communiqué.

N. A.

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat