fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Pau et Lens roulent à l’hydrogène

Article présent dans le dossier : BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 1 : l’année des BHNS

Parmi les autobus propres, ceux qui utilisent l’hydrogène comme carburant restent, de loin, les plus coûteux. Pourtant, deux villes françaises, Pau et Lens, viennent de franchir le pas en les adoptant sur des lignes BHNS.

 
Fébus BHNS Pau

Pau a choisi l’Exqui.City de Van Hool. Ce véhicule qui roule à l’hydrogène, affiche une autonomie de 300 km.

Depuis déjà plusieurs années, les constructeurs et opérateurs avaient identifié l’hydrogène comme l’une des voies d’accès aux autobus à « zéro émission ». De fait, les motorisations qui utilisent ce carburant répondent pleinement aux nouvelles directives de la loi de transition énergétique. Comparées aux autres solutions d’électromobilité, elles présentent l’avantage de ne pas connaître les mêmes limites d’autonomie, tout en pouvant s’affranchir totalement d’infrastructures de recharge le long des lignes. En revanche, ces motorisations présentent l’inconvénient, pour le moment, de demeurer fort onéreuses. Au plan technique, elles font, bien entendu, appel à la traction électrique, et utilisent, comme pour toute solution d’électromobilité, un pack de batteries. Toutefois, elles incluent, de surcroît, une pile à combustible, qui fabrique de l’électricité à partir de l’hydrogène embarqué. Le principe utilisé est l’exact inverse de l’électrolyse. Au sein de la pile, l’hydrogène se combine avec l’oxygène de l’air pour produire, à la fois, de l’eau et un courant électrique. L’eau est rejetée dans l’atmosphère sous forme de ...

Il vous reste 78% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 1 : l’année des BHNS dans le magazine VR&T n°628

DOSSIERS PrécédEnts

Les nouvelles tendances de la mobilité

Maires ecolos

Ce que les nouveaux maires écolos vont changer

Gare de Rennes

Grands Prix des Régions 2020

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques