fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

15 Sep 2020

écologie , Elections municipales , maires , municipales 2020 , vélos , Verts

Dossiers > Ce que les nouveaux maires écolos vont changer

Ce que les nouveaux maires écolos vont changer

« Jamais les écologistes n’ont été en mesure de peser autant sur le cours des choses », s’est félicité Julien Bayou, le secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts, au soir du second tour des municipales, le 28 juin. De grandes villes de plus de 100 000 habitants sont en effet tombées dans l’escarcelle des écologistes (Lyon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Annecy, Tours, Besançon, ainsi que Grenoble demeurée fidèle à son maire, Eric Piolle). Sans compter Paris où la socialiste Anne Hidalgo a été réélue, mais avec un programme très vert et le soutien au second tour des écologistes qui obtiennent une mairie d’arrondissement (le XIIe).

De nouveaux maires, certains quasi-inconnus du grand public (souvent aussi des femmes) vont devoir appliquer les programmes sur lesquels ils ont été élus. Jusqu’où pourront-ils aller dans un contexte économique compliqué avec des finances publiques en berne ? Décision symbolique, certains de ces nouveaux maires ont décrété l’état d’urgence climatique comme à Strasbourg ou à Bordeaux. A Tours, Emmnauel Denis a interdit mi-août les voitures sur le pont Wilson qui enjambe la Loire. Une expérimentation pour trois mois qui a été fortement critiquée par l’opposition. S’ils veulent mener à bien leurs projets, les élus devront s’entendre avec les nouveaux exécutifs des conseils métropolitains ou communautaires qui sont devenus, au fil des réformes, les principaux lieux de décisions sur des sujets essentiels comme les politiques transports et l’environnement. Et qui sont dotés de budgets bien supérieurs à ceux des ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Ce que les nouveaux maires écolos vont changer dans le magazine VR&T n°639

DOSSIERS PrécédEnts

Bus Solaris

Electromobilité. Quand la relance passe au vert

Centre ville Montpellier

La gratuité des transports fait toujours débat

Les Grands Prix de la Région Capitale 2020

Les nouvelles tendances de la mobilité