fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Nov 2018

Dossiers > Les futurs concurrents de la SNCF > Ceux qu'on devrait voir tout de suite

Ceux qu'on devrait voir tout de suite

Article présent dans le dossier : Les futurs concurrents de la SNCF

La CFTA, filiale de Transdev, exploite les lignes Carhaix - Guingamp et  Guingamp - Paimpol pour le compte de la SNCF.

Transdev affiche de grandes ambitions

Avec 82 000 collaborateurs Transdev est présent dans 19 pays, sur les cinq continents, et a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 6,6 milliards d’euros (dont 39 % en France). Opérateur ferroviaire en Allemagne, en Nouvelle-Zélande ou en Suède, Transdev réclame depuis des années l’ouverture à la concurrence en France des lignes TER et Intercités. La filiale de la Caisse des dépôts et consignations dispose déjà d’une entreprise ferroviaire, via sa filiale, la CFTA, qui exploite pour le compte de la SNCF les lignes Carhaix - Guingamp et Guingamp - Paimpol en Bretagne.

Une exploitation modèle pour Transdev qui lui a permis d’employer des cheminots sous le régime de la polyvalence. Ce sera, selon le groupe, une des conditions de réussite de la réforme ferroviaire : la nécessité d’assouplir le modèle social et de pouvoir travailler différemment.

Son patron, Thierry Mallet, s’attend à ce que, dans un premier temps, 10 % du marché global des TER soit ouvert à la concurrence. « Si Transdev réussit à en conquérir la moitié, soit environ 200 millions d’euros, cela pourrait représenter l’équivalent de la taille de quatre à cinq beaux marchés urbains. Ce n’est pas anodin pour nous », ...

Il vous reste 86% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers