fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Nov 2018

Dossiers > Les futurs concurrents de la SNCF > Les exploitants espagnols visent plutôt les relations transfrontalières

Les exploitants espagnols visent plutôt les relations transfrontalières

Article présent dans le dossier : Les futurs concurrents de la SNCF

A ce jour, les exploitants espagnols n’affichent pas d’ambitions sur les grandes lignes ou les TER au nord des Pyrénées, au-delà des liaisons existantes à grande vitesse AVE exploitées avec la SNCF vers Toulouse, Lyon et Marseille. Sur son propre territoire, Renfe n’a d’ailleurs toujours pas de concurrence pour les relations voyageurs : le gouvernement a pourtant ouvert les lignes du réseau allant de Madrid au Levant (Valencia, Alicante, Murcie), mais personne ne s’y lance, les perspectives économiques y étant trop incertaines. Les challengers ont les yeux de Chimène plutôt pour Barcelone – Madrid, plus rentable, mais pour le moment réservé à la seule Renfe. Tournant l’interdit, la compagnie ferroviaire Intermodalidad de Levante (Ilsa), filiale d’Air Nostrum, devrait lancer avant la fin de l’année un service international à grande vitesse Montpellier – Barcelone – Madrid. De son côté, Euskotren (ET, les chemins de fer basques) se prépare pour une liaison style TER transfrontalier entre Bayonne et Saint-Sébastien : de cette ville à la frontière (Irún), la voie ibérique Renfe est en train d’être équipée d’un troisième rail. A l’horizon 2020, elle sera ainsi à écartement UIC et amorcera le « Y » basque à grande vitesse prévu pour 2024. Donc, au-delà de son Topo à voie métrique, ET (qui a obtenu la licence d’opérateur ad hoc en Espagne et le certificat de sécurité nécessaire), sera un concurrent face à une éventuelle entente Renfe-SNCF sur le versant atlantique. A condition d’avoir résolu les contraintes juridiques et techniques (matériel roulant, signalisation par exemple). Michel Garicoïx

Il vous reste 86% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers