Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

01 Déc 2014

Dossiers > La décentralisation du stationnement vue d’Europe

La décentralisation du stationnement vue d’Europe

Elu à la présidence du GART le 10 septembre dernier, il me revient désormais le plaisir et l’honneur d’ouvrir Les Cahiers du GART. A l’heure où le gouvernement s’attelle à la rédaction des décrets d’application relatifs à la décentralisation du stationnement payant de surface, et qu’une importante pédagogie doit être déployée à l’endroit de nos concitoyens et des automobilistes sur le bien-fondé de cette mesure, nous avons considéré qu’il serait utile de dresser un bilan d’étape des politiques semblables menées au-delà de nos frontières.

C’est donc tout naturellement que nous consacrons un numéro à ce nouveau dispositif et, plus précisément, aux différentes formes de décentralisation qui ont été mises en oeuvre par nos voisins européens. S’il est au moins une observation que nous pouvons formuler, c’est que, par-delà les particularismes nationaux ou encore les différentes formes juridiques et organisationnelles adoptées par nos voisins européens, ceux qui pratiquent une gestion décentralisée du stationnement ont un taux de paiement spontané bien supérieur à celui de la France.

Pour le dire autrement, les règles de civisme en matière de stationnement sont bien plus respectées ailleurs en Europe qu’elles ne le sont en France. Mais au lieu d’y voir le fruit d’un quelconque atavisme contre lequel on ne pourrait rien, il faut bien comprendre que ce sont les politiques décidées, au plus près du terrain, qui incitent largement aux comportements civiques. C’est la raison pour laquelle les élus du GART ont considéré que, pour y remédier, il fallait d’abord agir sur les facteurs structurels qui conditionnent les changements de comportements. Quant aux autres enseignements à en tirer, je ne peux que vous inviter à la lecture de ce numéro des Cahiers et, dans les prochaines semaines, de l’étude comparative que le GART publiera sur ce sujet. Celle-ci fournira nombre d’enseignements – et d’arguments – face au long et patient travail de pédagogie que les élus locaux devront réaliser pour le succès de cette réforme.

Consulter le dossier

DOSSIERS PrécédEnts

La montée en puissance de SNCF Réseau

Electromobilité partie 1 : 1000 bus électriques pour l’Ile-de-France. Comment la RATP se mobilise

Electromobilité partie 2 : Amsterdam, numéro 1 de l’électromobilité en Europe

Les nouveaux défis des commissionnaires de transport

Siemens-Alstom. Les leçons d’un revers

Les pistes de Thierry Dallard pour abaisser les coûts du Grand Paris Express

Rennes chamboule tout avant l’arrivée de sa deuxième ligne de métro

Networking au féminin dans les transports

La révolution billettique

Les guichets de vente baissent le rideau

Recherche diplômés (presque) désespérément

Daimler Bus mise sur la fabrication française