En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Jan 2016

Mobilité , Centre-Val de Loire , Ile-de-France , Region , Strasbourg , Gart , Bus électrique , Electromobilité , Transport régional

Dossiers > Mobilité et villes moyennes. Etat des lieux et perspectives

Mobilité et villes moyennes. Etat des lieux et perspectives

la suite des élections municipales de mars 2014, la presse s’est emparée d’un mouvement touchant plusieurs agglomérations, en particulier moyennes, à savoir une redéfinition voire même une remise en question des choix opérés en matière de politiques de mobilité par certaines collectivités. Un phénomène qui pose en réalité la question de la place de l’automobile en centre-ville, et, plus précisément, l’idée selon laquelle seule la voiture contribue au dynamisme économique des centres-villes. Ce constat m’a naturellement conduit à proposer une étude plus approfondie permettant d’en mesurer l’ampleur, de comprendre les facteurs explicatifs, et surtout, de rappeler la nécessaire inscription de la mobilité durable dans les politiques à long terme des autorités organisatrices de la mobilité. Cette étude répond à l’adage « no parking, no business », que nous considérons, au GART, comme largement insuffisant pour poser les problématiques de la mobilité dans les villes centres et de leur attractivité.

De plus, nombre de remises en cause de projets décidés par les équipes précédentes trouvent leurs racines dans l’absence de consensus, d’où l’importance de la concertation dans la construction des projets de transport. Mais l’analyse dépasse cette seule relation entre voiture et attractivité du centre-ville. En effet, elle revient sur les spécificités propres aux agglomérations moyennes : des morphologies urbaines très éclatées, une part modale de la voiture plus importante, la place de la deuxième voire de la troisième voiture, mais aussi des outils et des moyens pas toujours à la mesure des grandes agglomérations… Ces spécificités interrogent sur les solutions de mobilité à pérenniser ou à développer dans ces territoires, en considérant, notamment, la nécessaire complémentarité entre la voiture et les modes alternatifs. Dans un contexte de contraintes financières fortes, il s’agit bien ici de réaffirmer la place des villes moyennes dans l’action engagée en faveur du report modal et de la transition énergétique.

Consulter le dossier

DOSSIERS PrécédEnts

Demain la ville

Catherine Guillouard : « Nous sommes déjà en concurrence. Ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est un état de fait »

La Chine prend le monde entier de vitesse

Setra lance un gros-porteur très à la hauteur

RATP. Quand le bus se gare tout seul

Les Grands prix des régions 2018

ERTMS. Espéranto du rail ou dialectes européens ?

« Le trolleybus est le bus électrique de demain »

Grand Paris : un livre pour refaire le match

Grand Paris Express La moitié de la vérité

Comment ils voient l’avenir du véhicule autonome

Ile-de-France : 10 000 bus sous tension

Signaler un problème