fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Retour sur la folle semaine des trottinettes !

Trottinettes-ambassadeurs_Lime

Les « ambassadeurs » de Lime enseignent les règles de bonne conduite à leurs utilisateurs. Et bridé la vitesse des trottinettes à 20 km/h dans Paris (8 km/h en zones piétonnes).

© N.A.

Mis à jour le 27 juin 2019

4 juin : Lime France, leader autoproclamé des trottinettes électriques en free-floating (en libre service et sans station) à Paris, organise des interviews à la chaîne dans un hôtel du IIe arrondissement parisien, quartier des start-up, pour annoncer le lancement imminent d’une campagne publicitaire décalée (photo ci-dessous). Et s’afficher au passage comme le meilleur élève des entreprises de trottinettes qui déferlent sur les villes. Promis juré, les erreurs de jeunesse c’est fini. Dorénavant, Lime va montrer l’exemple et éduquer les « trotteurs » : terminé le stationnement sauvage et les rodéos sur les trottoirs à un ou deux. Faire de la trottinette électrique n’est pas un jeu d’enfant (lire l’interview du patron de Lime France).

Lime_trottinettes metro

 

6 juin : au tour d’Anne Hidalgo

La maire de Paris convoque la presse à l’Hôtel de Ville pour mettre fin au Far West. L’intitulé de l’invitation ne laisse pas de doute : « En finir avec l’anarchie » (photo ci-dessous). Lasse d’attendre la loi Mobilités (LOM) qui a pris un an de retard, et ses dispositions pour réguler les vélos et trottinettes en free-floating, Anne Hidalgo prend le mors aux dents et annonce une série de mesures afin de contraindre les « trotteurs » à rester sur la chaussée (pour circuler comme pour stationner), à rouler moins vite (20km/h, 8km/h en zone piétonne), et à éviter les jardins publics. La maire annonce aussi l’organisation d’un appel d’offres pour sélectionner, in fine, deux à trois opérateurs (ils sont 12 aujourd’hui à battre le pavé parisien et à se livrer concurrence). Objectif, limiter le nombre d’engins en circulation : ils seraient 20 000 selon les décomptes de la mairie, 40 000 selon les données collectées par Géo4cast . « Trois opérateurs avec 5 000 trottinettes suffiraient », tranche Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l’Urbanisme.

Anne_Hidalgo_trottinettes

La mairie de Paris promet une étude sur l’accidentologie liée à cette nouvelle forme de mobilité, en partenariat avec la préfecture de police et l’Assistance publique des hôpitaux de Paris, recommandant au passage le port du casque. Aucun chiffre consolidé n’est disponible à ce jour, mais dès mars dernier, le corps médical tirait le signal d’alarme devant le nombre de blessures graves liées aux accidents de trottinettes. Au lendemain de la mise en ligne de cet article, un premier accident mortel de trottinette survenait à Paris.

7 juin : la LOM à contretemps

Au lendemain des annonces des édiles parisiens, et trois jours après le buzz autour de la campagne publicitaire de Lime qui avait bien orchestré sa com’, le ministère des Transports fait partir un communiqué de presse triomphal, mais à contretemps : ça y est, l’article de loi sur la régulation des trottinettes et vélos électriques en free-floating a été adopté par les députés dans le cadre de l’examen de la LOM.

Que dit cet article qui valait un communiqué à lui tout seul (la loi contient 50 articles) ?

  • que les opérateurs de vélos et trottinettes en libre service seront soumis à l’autorisation préalable des maires et devront payer une redevance d’occupation du domaine public. Si le maire est aux commandes, « la bonne coordination avec l’autorité organisatrice de la mobilité [AOM] est nécessaire , précise le texte. Son avis sera sollicité avant la délivrance d’une autorisation ». Et si l’AOM ne veut pas entendre parler de free-floating ?
  • Pour obtenir l’autorisation de déployer leur flotte en ville, les entreprises devront respecter les règles de stationnement et informer leurs utilisateurs du Code de la route, qui jusqu’à aujourd’hui encore, ne connaît pas les trottinettes, ni les gyropodes et les monoroues. Il devrait être modifié en septembre prochain, après être passé par les fourches Caudines de la Commission européenne, du Conseil national d’évaluation des normes (CNEN), du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR), puis du Conseil d’Etat (lire)
  • Enfin, les municipalités pourront sélectionner les opérateurs par appel d’offres. Objectif, limiter leur nombre, ce qui va immanquablement accélérer la consolidation des start-up de la micromobilité.

Qui sont les « trotteurs » ?

Recensement des opérateurs en France en juin 2019. Source : 6T-Ademe

Toujours le 7 juin : dernier acte de cette folle semaine de la trottinette, le bureau d’étude 6T publie une étude très fouillée qui dessine le profil type des « trotteurs » et les usages de ce nouveau mode de transport. On y apprend par exemple que :

  • Un tiers sont des touristes étrangers, 9 % sont des visiteurs français, 58 % sont des locaux (ils l’utilisent dans leur ville de résidence).
  • 66 % des « trotteurs » locaux sont des hommes, plus de la moitié d’entre eux ont moins de 35 ans, les plus représentés sont les 25-34 ans,
  • 19 % sont des étudiants,
  • 53 % sont des cadres,
  • 38 % empruntent une trottinette chaque semaine, 7 % tous les jours pour des déplacements professionnels ou domicile – travail.
  • 23 % font des trajets multimodaux : transports en commun + trottinettes (66 %), marche + trottinettes (19 %),
  • Peu de trotteurs étaient cyclistes, le report modal se fait aux dépens du transport collectif et de la marche : ce sont des « piétons augmentés »,
  • 69 % jugent le free-floating pratique et efficace, même si près d’un quart renonce à l’utiliser faute de trouver une trottinette à proximité,
  • 27 % sont inscrits à plusieurs services de trottinettes,
  • 57 % jugent les prix trop élevés.

Et s’il fallait ne retenir qu’une donnée, l’étude estime entre 0,8 et 1,9 le pourcentage des déplacements en trottinettes en free-floating dans Paris. Pas négligeable.

Nathalie Arensonas

Synthèse de l’étude « Usages et usagers des trottinettes électriques en free-floating en France » : ici


Méthodologie 

Questionnaire en ligne diffusé du 5 au 15 avril 2019, après une douzaine d’entretiens exploratoires. Lime a diffusé cette enquête indépendante auprès de ses utilisateurs pour obtenir un échantillon représentatif. Les 4382 personnes interrogées ont utilisé les trottinettes dans les villes de Paris, Lyon ou Marseille.

En complément de l’approche quantitative, 21 entretiens semi-directifs ont été menés avec des usagers de Lime, centrés sur l’évolution des pratiques modales et l’usage intensif des trottinettes.


réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat