fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

L’emblématique exemple de Gdynia

Article présent dans le dossier : Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement

Aujourd’hui, parmi ceux qui tirent le meilleur parti de l’IMC, figurent les réseaux de Zürich, Castellon (Espagne), Gdynia (Pologne), Esslingen (Allemagne), Solingen (Allemagne) et Salzbourg (Autriche).

L’exemple de Gdynia, port de la Baltique comptant 246 000 âmes, est particulièrement éloquent. Dans les années 90, son réseau de trolleybus a bien failli disparaître. « A l’époque, nous entendions, parmi nos administrés, mille arguments en faveur de sa fermeture, à commencer par la présence des fils, se souvient Marcin Wolek, maire adjoint de Gdynia et directeur de la chaire « Marché des transports » à la faculté d’économie de l’université de Gdansk. Mais nous avons fini, fort heureusement, par prendre conscience que l’existence de ces trolleybus pourtant si décriés était, en réalité, une chance unique pour notre ville, et nous avons décidé, au contraire, de tout faire pour les développer. Aujourd’hui, un déplacement sur dix, tous modes confondus, s’effectue en trolleybus ; près de la moitié des voyages se font par les transports publics ; et 77 % des habitants vivent à moins de cinq minutes de marche d’un arrêt. Et si, en 2002, le tiers de la population voulait encore que des autobus diesel remplacent les trolleybus, ils n’étaient plus que 5 %, en 2015, à le souhaiter, tandis que la plupart nous demandait, à l’inverse, de créer toujours davantage de nouvelles lignes… ».

Un geste aujourd’hui devenu très rare, mais toujours possible en service spécial « hors ligne » : l’emperchage manuel pour relever ...

Il vous reste 80% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement dans le magazine VR&T n°632

DOSSIERS PrécédEnts

Bus Solaris

Electromobilité. Quand la relance passe au vert

Centre ville Montpellier

La gratuité des transports fait toujours débat

Les Grands Prix de la Région Capitale 2020

Les nouvelles tendances de la mobilité