fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Nov 2018

Dossiers > Les futurs concurrents de la SNCF > Ceux qu'on devrait voir très vite

Ceux qu'on devrait voir très vite

Article présent dans le dossier : Les futurs concurrents de la SNCF

Arriva intéressé par le ferroviaire et l’interurbain

Filiale de la DB mais considérée avant tout par sa culture et son management comme opérateur britannique, Arriva est l’un des acteurs européens qui affirment haut et fort son intérêt pour le marché français. Manfred Rudhart, son PDG, est d’ailleurs venu participer au Congrès de Régions de France qui s’est tenu à Marseille les 26 et 27 septembre. Une occasion de se faire connaître des élus et de signer avec Hervé Morin, le président de Régions de France, un partenariat stratégique afin de coopérer sur l’évolution du marché ferroviaire régional dans notre pays.

Avec 2,4 milliards de voyages par an, le groupe Arriva est l’un des principaux opérateurs de transports urbains en Europe. Implanté dans 14 pays, le groupe emploie plus de 60 000 personnes et est particulièrement puissant au Royaume-Uni. La France fait désormais partie de ses cibles, tant pour le ferroviaire que pour l’interurbain. Dans le ferroviaire, le patron d’Arriva a expliqué à Marseille qu’il restait « encore des questions à résoudre ». A commencer par les questions sociales et de transfert du personnel SNCF aux nouveaux opérateurs lorsque l’entreprise historique perdra un marché. Arriva est bien placé pour suivre les négociations engagées avec les organisations syndicales par l’UTP puisqu’il est devenu depuis septembre 2018 membre de ...

Il vous reste 86% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers