fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Le modèle de Karlsruhe

08 Fév 2024

Karlsruhe , train , Tram , Tram-train

Dossiers > Le modèle de Karlsruhe

La notoriété du « modèle de Karlsruhe » a fait le tour du monde.
Nulle part ailleurs, le concept du tram-train, inventé dans cette ville du Bade-Wurtemberg, n’aura été mis à profit de façon aussi aboutie. Victime de son succès, le tram de Karlsruhe devait impérativement accomplir un saut quantique pour pérenniser son expansion. D’où l’achèvement, après douze ans de travaux, d’un projet pharaonique – à l’échelle de la cité – de 1,5 milliard d’euros, pour enterrer ses voies en centre-ville.

La Kaiserstrasse (rue de l’Empereur) n’est plus, désormais, le royaume des tramways. Pendant des décennies, cette voie piétonne, emblématique du centre de Karlsruhe, fut le théâtre d’un défilé ininterrompu de trams urbains ainsi que de trams-trains. Les voyageurs y trouvaient leur compte, puisque cette véritable desserte « de porte à porte » de l’artère la plus animée de la ville leur permettait d’arriver au plus près des bureaux et commerces où ils se rendaient. Cependant, plus d’un riverain ou d’un passant déplorait la relative difficulté, aux heures de pointe, de traverser la chaussée, fustigeant ce qu’ils appelaient le « mur jaune », formé par les rames de cette couleur se suivant les unes derrière les autres en procession quasi-ininterrompue.

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Le bilan 2023 des grands groupes de transport

Equipementiers & services : la SNCF à la rencontre des fournisseurs du Grand Est pour les décarboner

Où en est l’ERTMS en France ?

Mauvaise passe pour le titre unique