fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

    X

    RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

    Sélectionnez un dossier :

    Créer un nouveau dossier

    12 Nov 2019

    Dossiers > Naissance du plus grand RER transfrontalier d’Europe > Un projet de longue haleine

    Un projet de longue haleine

    Article présent dans le dossier : Naissance du plus grand RER transfrontalier d’Europe

    Genève-Eaux-Vives

    Construction Gare Genève-Eaux-Vives.

    L’idée de connecter Genève à la Haute-Savoie est aussi ancienne que le chemin de fer et une convention a été signée dans ce sens en 1881, suivie en 1888 de l’ouverture de la ligne entre Genève-Eaux-Vives et Annemasse, sous le tracé de laquelle le souterrain du CEVA a été réalisé 130 ans plus tard. En 1912, la construction d’une jonction entre les gares genevoises de Cornavin et des Eaux-Vives est décidée côté suisse, mais ne connaîtra un début de concrétisation qu’à la fin des années 1940 avec la construction d’une ligne vers La Praille, au sud de Cornavin. Pour la partie manquante entre La Praille et les Eaux-Vives, le projet refera surface au début de la décennie 2000 selon le tracé défini en 1912, alors que les contre-projets s’étaient multipliés depuis les années 1980 (tracés alternatifs, autres modes que le train lourd). Tant en Suisse qu’en France, les mesures préparatoires sont prises pour permettre la réalisation du CEVA (gare de Cornavin, 2005-2006), alors que le financement se monte des deux côtés de la frontière. Mais le projet prendra quatre ans de retard (2007-2011) du fait d’oppositions au tracé restant à réaliser, tout en étant accepté et financé en 2009 par votation au niveau du canton de Genève (61,2 % des votants). Après les premières adjudications de contrats en 2009 et 2010, le chantier démarre vraiment fin 2011, entraînant la fermeture de la ligne de surface entre Eaux-Vives et Chêne-Bourg, puis entre cette gare et Annemasse ...

    Il vous reste 72% de l'article à lire
    L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

    Se connecter
    Pas encore lecteur? Je crée mon compte

    Acheter à la carte

    Ce dossier : 5€
    par porte monnaie

    ou par CB
    J'achète le dossier

    S'abonner

    Accès illimité
    à tous les contenus
    de Ville-Rail-Transports
    Je découvre les offres

    DOSSIERS PrécédEnts

    Panoramique des dômes

    Les régions misent sur leurs trains touristiques

    Europorte France

    Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

    IA

    L’intelligence artificielle au service de la route

    Tunnelier

    Ile-de-France : La relance des grands chantiers