fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

12 Nov 2019

Guillaume Pépy

Dossiers > Nos années Pepy > « Qui sera le patron du chemin de fer ? »

« Qui sera le patron du chemin de fer ? »

Article présent dans le dossier : Nos années Pepy

grève 95

Départ d'une manifestation, à St Lazare, 6 juin 1996.

 

Après les grandes grèves de 1995, après le retrait du contrat de plan Bergougnoux honni par les cheminots, et le retrait de Bergougnoux, lui-même « lourdé » par les cheminots, après l’intermède Loïk Le Floch Prigent, Louis Gallois, président de la SNCF, rappelle Pepy. Il lui confie en juillet 1997 les Grandes Lignes. Mission : remettre des gens dans les trains. La nomination étonne certains, qui voient un Pepy plus stratège qu’opérationnel, plus franc-tireur que manager. Il fait très rapidement ses armes, devient au bout de quelques mois directeur de toute l’activité Voyageurs, s’affirme comme le second de Gallois et est nommé directeur général exécutif du groupe en 2003. Il met en œuvre un redressement rendu possible par la création de RFF, dont l’objet premier était de loger ailleurs qu’à la SNCF une bonne partie de la colossale dette ferroviaire.

On met le cap sur une augmentation des trafics. On en rêve pour le fret aussi et, du temps du gouvernement Jospin, le ministre des Transports, Jean-Claude Gayssot, s’emballe et parie sur le doublement de son volume…

C’est une période de croissance, mais aussi de lutte entre RFF et SNCF. RFF monte en puissance, la SNCF résiste. L’enjeu ? Pepy l’explique alors qu’on inaugure la LGV Méditerranée, en 2001, tandis que RFF s’apprête à se doter de ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers