fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

12 Nov 2019

Guillaume Pépy

Dossiers > Nos années Pepy > « Sarkozyste de gauche, ségolénien de droite »

« Sarkozyste de gauche, ségolénien de droite »

Article présent dans le dossier : Nos années Pepy

Inauguration du TGV Rhin Rhône le 8 septembre 2011 en présence de Nicolas Sarkozy, Hubert Du Mesnil, patron RFF et Xavier Gruz directeur du projet LGV Rhin-Rhône branche est.

 

Gallois et Pepy s’entendent-ils ? Suffisamment au moins pour donner l’impression que tout va bien. Même si, lors d’un séminaire de presse, Gallois met en boîte son second en cédant la parole au « très médiatique Guillaume Pepy ». Quand Louis Gallois s’en va au bout de huit ans et demi, Anne-Marie Idrac, auparavant présidente de la RATP, achève le mandat du sortant, de juillet 2006 à février 2008. Se pose alors la question du président ou de la présidente, pour cinq ans. Anne-Marie Idrac est candidate, Guillaume Pepy, directeur général, est candidat contre sa présidente. Le matin de la décision, deux journalistes de La Vie du Rail sont dans le bureau de Dominique Bussereau. Secrétaire d’Etat aux Transports, il n’assiste pas au Conseil des ministres. Ils lui demandent qui va être nommé alors que commence le Conseil présidé par Nicolas Sarkozy, président de la République depuis mai 2007. « Il y a un quart d’heure, répond-il, je vous aurais dit : Anne-Marie Idrac. Mais maintenant, et c’est définitif, c’est Guillaume Pepy. »

Marqué à gauche, proche de Martine Aubry, Pepy a pris soin de se dire lors de l’élection présidentielle « sarkozyste de gauche ou ségolénien de droite ». Très « en même temps », macronien ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers