Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

17 Fév 2012

Une autorité pour s’assurer de la qualité dans les transports de voyageurs

Mis à jour le 23 mai 2017

Le gouvernement a créé l’Autorité de la qualité de service dans les transports au sein du conseil général de l’Environnement et du Développement durable (CGEDD) du ministère de l’Ecologie, selon un décret paru au Journal officiel du 16 février. Il a ainsi répondu à une demande formulée par Nicolas Sarkozy lors de l’inauguration du TGV Rhin – Rhône, en septembre dernier.
Présidée par Eric Raoult, député et maire UMP de Seine-Saint-Denis, cette autorité comprend 37 membres, parlementaires et représentants des collectivités publiques, opérateurs de transport, associations de consommateurs et personnalités qualifiées. Sa mission est d’inciter les opérateurs à améliorer leurs services, en publiant notamment des indicateurs fiables, notamment sur leur ponctualité. Ces indicateurs seront recensés à partir du 20 février dans un nouveau site, www.qualitetransports.gouv.fr. Ce site fournira aussi des explications sur les droits des voyageurs et les démarches à accomplir pour les faire valoir. Dans un premier temps, seuls 120 liaisons aériennes et 100 trajets grandes lignes sont concernées. D’ici à la fin de l’année, seront ajoutés les TER, les transports urbains des agglomérations de plus de 500 000 habitants et les cars interurbains.
 

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat