fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

06 Oct 2014

Alsace : critiques sur le billet à 5 euros pour aller manifester

Mis à jour le 23 mai 2017

Le Conseil régional d'Alsace a annoncé le 3 octobre que les Alsaciens prévoyant de manifester à Strasbourg le 11 octobre contre la réforme territoriale bénéficieraient d'un tarif préférentiel dans les TER, une initiative jugée "inacceptable" par l'opposition socialiste. 

« Face à l'affluence attendue » à cette manifestation, destinée à dire "non" à la fusion des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardennes, le Conseil régional dirigé par l'ancien ministre UMP Philippe Richert « a décidé de proposer un tarif TER exceptionnel », explique-t-il dans un communiqué.

Ce tarif sera de cinq euros aller-retour, quelle que soit la gare de départ. A titre de comparaison, un aller-retour de Mulhouse à Strasbourg coûte normalement 36,40 euros en tarif plein.

Le tarif préférentiel vise à « permettre à tous les Alsaciens qui le souhaitent de se joindre à ce mouvement de protestation », selon la Région.

Le responsable du PS dans le Bas-Rhin, Mathieu Cahn, a dénoncé l'« utilisation indue de fonds publics pour financer une manifestation partisane », un procédé selon lui « inacceptable ».

« On peut également avoir des doutes sur la légalité même du procédé et nous serons attentifs et vigilants sur ce point précis », a ajouté Mathieu Cahn.

Le président de la région Alsace, qui dans un premier temps avait soutenu le mariage de sa collectivité avec la Lorraine voisine, a changé d'avis lorsque le projet de réforme territoriale a été modifié à l'Assemblée nationale, avec l'ajout de la Champagne-Ardenne au duo Alsace-Lorraine.

Toutes dominées par l'UMP, les trois collectivités alsaciennes – la région et les deux conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin – ont en conséquence ranimé en septembre leur projet d'une collectivité unique, pourtant rejeté dans les urnes en 2013. 

C'est la « seule [option] alternative » à une fusion imposée avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne, plaide la droite locale, qui appelle à manifester massivement à Strasbourg le 11 octobre. 

A l'inverse, les 15 députés et sénateurs PS élus dans les deux régions ont réaffirmé le 1er octobre qu'ils soutenaient un mariage à deux entre l'Alsace et la Lorraine. 

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat