Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Accord pour ERTMS entre Paris, Bruxelles et Londres

© Patrick Laval

Les quatre gestionnaires d’infrastructure concernés par les axes à grande vitesse Paris – Bruxelles – Londres via le tunnel sous la Manche se sont engagés à unir leurs efforts pour harmoniser le déploiement du système de signalisation ferroviaire ERTMS sur ce triangle ferroviaire. Une réunion s’est tenue à cette fin le 19 juillet, en présence de Michel Boudoussier, Directeur Général adjoint Corporate Getlink, de Dyan Crowther, Directeur Général HS1, de Patrick Jeantet, Président Directeur Général de SNCF Réseau et de Luc Lallemand, Directeur Général Infrabel. Sur « l’axe international le plus circulé en Europe », le déploiement d’ERTMS doit permettre « une meilleure interopérabilité, une meilleure ponctualité, une anticipation de l’obsolescence des systèmes de signalisation et une augmentation du trafic, le tout dans des conditions de sécurité optimales ».
Encore faut-il que le déploiement d’ERTMS sur ce triangle soit bien coordonné entre les quatre gestionnaires d’infrastructures, ce qui requiert un programme de développement harmonisé. C’est pourquoi Eurotunnel, HS1, SNCF Réseau et Infrabel ont fait le choix d’une stratégie « partagée » concernant la mise en œuvre d’ERTMS sur les LGV reliant Paris, Bruxelles et Londres, ainsi que dans le tunnel sous la Manche. Les quatre gestionnaires d’infrastructures « souhaitent partager leur expertise, sélectionner un système technique homogène et construire un calendrier commun pour son déploiement ». Cette coopération devrait en outre apporter des économies d’échelle et un résultat final « optimisé ».
Si cette coordination arrive à ses fins, elle pourrait servie de modèle à d’autres accords sur des axes internationaux européens, un contre-exemple en la matière étant la gestion quelque peu chaotique de la mise en service d’ERTMS sur l’axe à grande vitesse entre la Belgique et les Pays-Bas, à la fin de la décennie précédente. L’avantage sur le triangle Paris – Bruxelles – Londres est qu’un seul des quatre gestionnaires d’infrastructures, Infrabel, pratique ERTMS en service de longue date, ce qui devrait limiter les problèmes de compatibilité entre ERTMS de différents réseaux. A cette occasion, les réseaux Eurotunnel et HS1 pourront basculer dans leur intégralité vers le système européen et la LGV Nord en sera équipée, complétant le déploiement d’ERTMS sur le réseau à grande vitesse français.

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème