Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Comment le Centre-Val de Loire régule le nombre de voyageurs

TER Tours-Loches

Mis à jour le 12 mai 2020

« C’est un plan de transport dédié à ceux qui travaillent », précise Philippe Fournié, vice-président chargé des transports de la région Centre-Val de Loire. Les entreprises régionales ayant été fortement incitées à poursuivre le télétravail et à étaler les horaires, l’offre de transport est dans un premier temps limitée à 50 % de son niveau habituel, avec un nombre de siège divisé par deux pour respecter les distances physiques. « Les 60 trains sur les 200 qui circulent seront particulièrement surveillés pour qu’ils ne soient pas surchargés », souligne Philippe Fournié.
Pour limiter le nombre de personnes à bord, les voyageurs doivent également se munir d’un « coupon » sorte de réservation gratuite (mais sans siège affecté) qui permet d’accéder au train choisi. Ce coupon est téléchargeable sur le site des TER régionaux jusqu’à trois jours à l’avance. Dès qu’un train dépassera le taux d’occupation de 50 %, il ne sera plus proposé à la vente sur le site.
Deux ou trois lignes régionales de bus (Rémi) doivent être aussi particulièrement surveillées en raison de risques de surcharge. Quant aux 1975 lignes scolaires, la fréquentation pouvant être connue en temps réel, grâce la télébilletique installée à bord depuis un an et demi, il sera possible de renforcer le nombre de bus en fonction des besoins.

Yann Goubin 

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat