X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Le gouvernement britannique reprend « temporairement » l’East Coast Main Line

Jamais deux sans trois ? Après les défaillances des deux précédents opérateurs de l’East Coast Main Line, la grande ligne ferroviaire reliant Londres au nord-est de l’Angleterre et à l’est de l’Ecosse, c’est au tour de Virgin Trains East Coast (VTEC) de perdre cette ligne pour cause d’impossibilité de payer la redevance d’exploitation. Filiale de Stagecoach (90 %) et de Virgin (10%), VTEC va comme ses deux prédécesseurs (Sea Containers et National Express) céder la place à une exploitation provisoire, cette fois par le groupe Arup, sous contrôle du ministère britannique des Transports (DfT).

Le transfert interviendra le 24 juin après trois année d’exploitation par VTEC, l’exploitation provisoire prenant l’appellation « London and North Eastern Railway », le nom de l’ancienne compagnie privée qui exploitait cette ligne jusqu’à 1948 !

Cette nouvelle n’est pas tout à fait une surprise (voir notre brève du 2 mars), mais on évoquait jusqu’à la veille de cette « renationalisation », rendue publique le 16 mai, la possibilité de garder VTEC comme exploitant « sans but lucratif ». Dans un sens, c’est ce qui a été fait, mais avec une nouvelle entreprise en remplacement de Stagecoach et Virgin, punis pour avoir déposé une offre « irréaliste ». Lors des deux ­précédentes « renationalisations », intervenues sous des gouvernements travaillistes, le DfT avait repris directement le contrôle de l’exploitation.

Patrick LAVAL

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème