fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

09 Jan 2017

Bretagne , Brest

Turbulences dans le ciel de Brest

Mis à jour le 23 mai 2017

A Brest, le premier téléphérique urbain de France est de nouveau bloqué. A peine trois jours après sa remise en service, le 5 janvier, il a été arrêté en raison d'une panne informatique Une panne de plus pour ce téléphérique, qui enregistre une série noire depuis son inauguration le 19 novembre. Rappel des faits. Le 30 novembre, l'ouverture "intempestive" d'une porte, survenue en plein ciel, conduit l'exploitant Keolis à décider l'interruption du service, seulement dix jours après le lancement. L'arrêt durera plus d'un mois. Le 5 janvier, le téléphérique qui relie en trois minutes les deux rives de la Penfeld, du centre-ville au quartier des Capucins, et culmine à une hauteur de 75 mètres, repart… mais le jour-même, en fin d’après-midi, il est de nouveau stoppé. En cause, un problème de câble électrique. Il est réparé dans la foulée et le téléphérique repart, à temps pour assurer les festivités du week-end, qui doivent avoir lieu au nouveau quartier des Capucins qu'il dessert. Du moins le croyait-on. Le dimanche matin 8 janvier, c'est donc un problème informatique qui oblige à arrêter le téléphérique.  Une succession de dysfonctionnements qui fait grincer des dents et suscite les railleries.
« Nous pensons que tout a été fait dans la précipitation. La première fois pour coller avec la venue de Ségolène Royal le 19 novembre. Cette fois-ci, il fallait que le téléphérique soit prêt pour le week-end du 7 et 8 janvier au cours duquel on inaugure le plateau des Capucins, estime Luc Daniel, le délégué syndical CFDT. Nous avions déjà dénoncé le manque de formation du personnel. Nous estimons qu’il y a toujours des manquements au niveau de l’organisation du travail », poursuit le syndicaliste.

...

L'accès à la totalité de l'article ( 623 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Vous avez déjà un compte ?

Connectez-vous

S’abonner à

Ville, Rail & Transports

ou

Acheter à la carte

Porte-monnaie électronique
à partir de 20 €

Je découvre les offres

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat