Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Lyon : Rhônexpress réclame deux millions au Sytral

Mis à jour le 25 février 2019

Après les tentatives de dialogue, le tribunal : le concessionnaire Rhônexpress*, qui assure la liaison entre la gare de la Part-Dieu et l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry en tram rapide, attaque le Sytral…

son AOT, auprès du tribunal administratif de Lyon  pour obtenir une indemnité de 2,1 millions d’euros. Motifs de cette requête indemnitaire : Rhônexpress estime avoir subi une perte de clientèle et de recettes commerciales à la suite de travaux sur la desserte et de la mise en service, pendant quelque temps, de deux lignes de bus jugées concurrentes. Car le contrat de concession confié en 2006 à Rhônexpress lui attribue aussi le monopole de la desserte en transport en commun.

Lors du conseil syndical du 19 mai, Annie Guillemot, présidente du Sytral, a rappelé que « malgré plusieurs propositions du Sytral, aucun accord n’a pu être trouvé sur une méthodologie partagée permettant d’estimer le nombre de voyages effectivement perdus par la ligne Rhônexpress ». A charge donc pour le TA de Lyon d’apprécier l’exacte indemnité dans un dossier complexe. D’une part, les travaux en 2015 concernant la desserte du Parc OL et l’optimisation des « intersections barriérées » ont été réalisés par le Sytral sur la ligne commune au tram T3/TCL/Sytral et au tram rapide Rhônexpress, optimisation bénéficiant aux deux opérateurs Keolis/Rhônexpress. D’autre part, les deux lignes de bus « concurrentes » ont été créées dans l’Est lyonnais par le département du Rhône en 2014. Le Sytral n’en a hérité qu’en janvier 2015, lors de la métropolisation, et les a restructurées – déjà sous la pression de son concessionnaire – pour supprimer la desserte Saint-Exupéry en janvier 2016. Avantage, au final peu connu, de cet itinéraire en bus TCL avec correspondance et deux fois moins rapide que le Rhônexpress tout confort : il coûtait dix fois moins cher (environ 1,3 euro vs 14 euros).
Aujourd’hui, les experts de l’opérateur estiment le préjudice à une perte de 156 458 voyages, soit 1,84 million d’euros, et à 311 000 euros de frais d’expertise, de frais financiers et de frais pour préjudice et de compensation de retards aux voyageurs. Pour sa part, le Sytral finalise sa propre expertise à  présenter au tribunal administratif.

Claude Ferrero

* Société créée par les actionnaires Vinci (35,2 %), CDC (36,6 %) et Transdev (28,2 %). Mis en service en 2010, Rhônexpress a transporté 1,28 million de passagers (+10,7 %) en 2016.

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat