Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Pécresse veut faire démarrer le covoiturage en Ile-de-France

Les études divergent, mais le constat est terrible : ce sont entre 1,1 et 1,3 personne qui prend place en moyenne dans les voitures circulant en Ile-de-France. Selon Valérie Pécresse, qui a lancé ce lundi 18 septembre l’opération « Tous ensemble pour le covoiturage » en Ile-de-France, un taux d’occupation de deux personnes en moyenne soulagerait les routes d’environ un tiers des automobiles. Des routes où s’effectuent 16 millions de trajets quotidiens et où l’on a en moyenne 250 km de bouchons quotidiens. La présidente du conseil régional d’Ile-de-France et d’Ile-de-France Mobilités mise sur le covoiturage pour parvenir à ce résultat. D’où un coup de pouce qu’Ile-de-France Mobilités donne à dix-sept entreprises proposant ce service. Huit d’entre elles sont présentes sur le site de recherche d’itinéraire ViaNavigo, les autres devant les rejoindre dès qu’elles seront prêtes. Site intéressant pour les entreprises, avec ses 3,5 millions de visiteurs mensuels… Chaque trajet recevra une aide de deux euros. Chaque entreprise pourra recevoir cette aide, avec un plafond de 50 000 euros. Soit un maximum théorique de 17 fois 50 000 euros mais la région ne pense pas qu’on atteigne ce maximum et estime l’enveloppe totale à environ 500 000 euros. Comme les modèles économiques et les modes de fonctionnement des entreprises diffèrent, il reviendra à chacune de déterminer de quelle façon la somme sera perçue (par le conducteur ou par l’occupant). Pour faire démarrer le système, le conseil régional mise de plus sur des tarifs préférentiels consentis sur les parkings-relais. Il y a 5 000 aujourd’hui places, la région en promet bientôt 10 000 et compte bien sûr une liste de 1 000 places en périphérie annoncée par la Mairie ...

L’accès à cet article est protégé

Cet article est payant ou réservé aux abonnés

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème