fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Orléans renonce au téléphérique

Pour les piétons, le projet de téléphérique devait faciliter la traversée des nombreuses voies de la gare des Aubrais.

© Richez Associés

Mis à jour le 30 septembre 2020

Le projet de téléphérique urbain au nord d’Orléans devait être la confirmation de l’ancrage de ce mode dans le paysage des transports publics, après Brest et alors que le Téléo toulousain se concrétise. Mais, comme d’autres avant lui, le projet de téléphérique urbain entre la gare de Fleury-les-Aubrais et le nouveau quartier Interives a été lâché par Orléans Métropole. Un renoncement justifié par Christophe Chaillou, son président (PS), qui ne juge pas prioritaire un investissement de 17 millions d’euros, auquel s’ajoutent 800 000 euros annuels de coûts d’exploitation, pour transporter 1 500 personnes par heure et par sens au-dessus du large faisceau de voies ferrées des Aubrais. Mais un choix qui coûtera quand même à la collectivité un minimum de 4 millions d’euros, sans compter les pénalités. Si les usagers de la célèbre gare des Aubrais étaient divisés sur ce projet, Marie-Agnès Linguet, maire (UDI) de Fleury-les-Aubrais entre 2014 et 2020 regrette vivement cet abandon – validé en revanche par Carole Canette (PS), qui lui a succédé – tout en reconnaissant que la communication en faveur du téléphérique urbain n’avait pas été à la hauteur.

...

L'accès à la totalité de l'article ( 181 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Vous avez déjà un compte ?

Connectez-vous

S’abonner à

Ville, Rail & Transports

ou

Acheter à la carte

Porte-monnaie électronique
à partir de 20 €

Je découvre les offres

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

1 réaction à cet article

  • Avatar

    Où est la cohérence?

    Quelle alternative est proposée par ces courageux élus? De bon vieux bus au gazole? Qui circuleront sur un nouvel espace réservé qui artificielisera encore un peu plus le territoire!  A...

    0 réaction de membres à cette opinion
Accédez à l’espace débat