Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

10 Mai 2016

Automobile , Co-voiturage

Dossiers > Covoiturage de proximité, quel modèle économique ? > Covoiturer sur le chemin de l’école

Covoiturer sur le chemin de l’école

Article présent dans le dossier : Covoiturage de proximité, quel modèle économique ?

« Ce n’est pas tant une question de masse critique, ou de modèle économique qui a causé notre chute. Nous avions impérativement besoin d’une levée de fonds pour assurer notre développement , mais nous n’avons pas réussi à la mener à bien », précise Grégoire de Pins, ancien président cofondateur de Sharette. Il refuse par ailleurs de dévoiler le montant et le nom de l’investisseur avec lequel discutait la start-up de cinq salariés qui avait déjà par le passé levé 130 000 euros. Mais en 2015, il parlait de lever 750 000 euros. Une somme qui lui aurait permis de prendre un avantage décisif sur la concurrence. Sharette avait pourtant été soutenue par le Numa, l’incubateur du « Silicon Sentier », ainsi que le partenaire de la RATP lors des travaux estivaux de la ligne A du RER. « Le financement et le temps de développement d’un projet aussi ambitieux nous ont amenés à cette difficile décision, poursuit-il. Nous sommes persuadés que la mobilité partagée a un bel avenir devant elle. » Et le covoiturage dynamique aussi ! Pour Grégoire de Pins, cet échec en effet ne remet pas en cause la pertinence de son modèle. Sharette, qui s’était lancée fin 2012 en fonctionnant avec une dizaine de communautés fermées et actives s’était alors ouverte largement à la faveur de ce partenariat. « A partir du moment où l’on propose aux utilisateurs de combiner covoiturage et transports en commun, il n’y a pas de vrai problème de taille critique, soutient-il. En proposant à l’utilisateur de se rapprocher de sa destination et de terminer par les transports en commun, notre taux de match était meilleur ». Il n’...

Il vous reste 90% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Covoiturage de proximité, quel modèle économique ? dans le magazine VR&T n°587

DOSSIERS PrécédEnts

La reprise dans les transports publics : risques et périls

Grands Prix des Régions 2020 : Les régions unifient leurs transports

Bus de demain. L’impossible défi de la standardisation

Municipales 2020. Dix idées pour changer la mobilité