fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

14 Fév 2020

bus , Bus électrique , Trolleybus

Dossiers > Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement

Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement

Charge par opportunité comme à Göteborg, charge nocturne en centre-bus comme à Paris, ou bien charge « flash » comme à Genève ? Telles étaient jusqu’ici les trois manières de recharger un autobus électrique. Aujourd’hui, le quatrième mousquetaire de l’électromobilité est arrivé, et il a pour nom IMC. Ces initiales, qu’on peut traduire par « charge en mouvement », vont faire du trolleybus le mode électrique pertinent qu’il n’aurait jamais dû cessé d’être.

Qu’ils soient opérateur, constructeur, ou autorité organisatrice, tous s’accordent aujourd’hui à reconnaître qu’en matière de propulsion des autobus, l’avenir est à l’électromobilité. En utilisation purement urbaine, la supériorité du moteur électrique sur son homologue thermique classiquement accouplé à une transmission mécanique, ne semble désormais plus à démontrer. La seule comparaison des rendements énergétiques relatifs à ces deux modes de propulsion suffit d’ailleurs à s’en convaincre. Et les lois de la physique ne sauraient, à l’évidence, prêter à contestation… Au constructeur suédois Volvo revient sans nul doute le mérite d’avoir misé, le premier, sur la transmission électrique, en décidant carrément d’abandonner la production d’autobus en mode « pur thermique ».

Les seuls véhicules qu’il continuait alors à construire avec un moteur diesel n’appartenaient plus qu’à la catégorie des hybrides. Un choix éminemment courageux, qui lui a conféré très vite une certaine forme de leadership en Europe, qu’il conserve encore aujourd’hui comme le fruit d’une longue expérience, patiemment acquise depuis la mise en service commercial de ses premiers « midibus » 100 % électriques dans son fief de Gö...

Il vous reste 80% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement dans le magazine VR&T n°632

DOSSIERS PrécédEnts

Nouveaux enjeux, nouvelles formations

Belfort – Delle : comment rattraper un loupé ?

Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement

2,8 milliards pour rajeunir le réseau ferré

SNCF organigramme

Naissance de la nouvelle SNCF

Lyon tram

Lyon remporte le Pass d’or du Palmarès des mobilités 2019

BusWorld 2019 : Cap sur Bruxelles pour le salon européen de l’autobus

Lauréats GPRC 2019

Les lauréats 2019 des Grands Prix de la Région Capitale

RNTP Generale

RNTP sous le signe de la transition énergétique

Cityval

Les métros sur la voie de l’autonomie

Guillaume Pepy

Nos années Pepy

Leman express

Naissance du plus grand RER transfrontalier d’Europe