fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
Je valide > Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

12 Nov 2019

Guillaume Pépy

Dossiers > Nos années Pepy > « Vous avez lu ce que Pepy a dit ? »

« Vous avez lu ce que Pepy a dit ? »

Article présent dans le dossier : Nos années Pepy

La deuxième fois, en 1993, toujours sous Fournier, Pepy revient comme directeur des Investissements, de l’Economie et de la Stratégie. On s’inquiète de l’avenir de l’entreprise publique. Ce n’est pas la première fois, mais l’inquiétude croît avec le déficit et la dette. D’où les rapports des sénateurs Haenel et Belot (juin 1993) et des députés Cuq et Bussereau (juin 1994).

Hubert Haenel préside la commission sénatoriale d’enquête sur la SNCF, et se demande ce qui se passe dans ce monde opaque. Heureusement, écrit-il dans son livre sur la régionalisation (éditions La Vie du Rail), « Guillaume Pepy demande à me voir. Il m’éclaire sans détour sur le témoignage des cheminots qui, sans franchement mentir, occultaient une partie de la vérité. »

Quand sort le rapport Bussereau, les annexes font frémir. On s’interpelle dans les couloirs du siège, au 88 rue Saint-Lazare. « Vous avez lu ce que Pepy a dit ? » Exemples.

Le statut ? « J’ai la conviction que l’on ne pourra pas s’en sortir sans mettre à plat la question du statut, ce qui sera forcément conflictuel. Les cheminots n’y sont pas prêts et leurs organisations syndicales sont totalement concentrées sur la défense du statut. De plus, dans le cadre actuel, il n’y a rien à négocier : le statut donne des garanties déjà tellement importantes qu’il est difficile de trouver un nouveau point d’application du progrès social. »

L’organisation du travail ? « L’existence de « taquets » renchérit de façon ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Panoramique des dômes

Les régions misent sur leurs trains touristiques

Europorte France

Spécial Fret et Logistique. Un plan vert sinon rien

IA

L’intelligence artificielle au service de la route

Tunnelier

Ile-de-France : La relance des grands chantiers