fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

06 Juin 2019

Dossiers > Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

En ville, la voirie a retrouvé un peu d’espace libéré sous l’effet de la réforme du stationnement de janvier 2018. 18 mois plus tard, elle est de nouveau sous pression dans les grandes villes sursollicitées par l’essor fulgurant de la mobilité partagée. Ces bouleversements remettent le problème du stationnement sur le devant de la scène urbaine, au moment où le salon Parkopolis prend ses quartiers à Paris, les 19 et 20 juin.

 

Un an et demi après l’entrée en vigueur de la réforme du stationnement payant qui autorise les maires à fixer le montant des amendes et actionner ce levier pour guider leurs politiques de déplacements, les effets de cette mesure sont déjà chahutés dans les grandes villes françaises où une autre révolution s’est opérée dans le même temps : le boom de la micromobilité et de la mobilité partagée, porté par la massification de l’usage des smartphones et des objets connectés.

A Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux par exemple, l’irruption des voitures, scooters, vélos et trottinettes – électriques et le plus souvent en flotte libre, c’est-à-dire sans station fixe – masque l’espace public libéré grâce à la dépénalisation et la décentralisation du stationnement. Décriée avant d’entrer en vigueur, la réforme n’a pas mis longtemps à porter ses fruits en chassant les voitures ventouses et en baissant le taux d’occupation des places en centre-ville (-10 % à Lyon) favorisant les taux de rotation. Ce qui n’est pas pour déplaire ...

Il vous reste 82% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public dans le magazine VR&T n°624

DOSSIERS PrécédEnts

Lyon tram

Lyon remporte le Pass d’or du Palmarès des mobilités 2019

BusWorld 2019 : Cap sur Bruxelles pour le salon européen de l’autobus

Lauréats GPRC 2019

Les lauréats 2019 des Grands Prix de la Région Capitale

RNTP Generale

RNTP sous le signe de la transition énergétique

Cityval

Les métros sur la voie de l’autonomie

Guillaume Pepy

Nos années Pepy

Leman express

Naissance du plus grand RER transfrontalier d’Europe

GPRC2019

Les Grands Prix de la Région Capitale 2019

BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 1 : l’année des BHNS

BHNS et tramways, la nouvelle vague. Partie 2 : de nouvelles générations de tramways

Gares. Nouvelles machines à cash de la SNCF

Les nouvelles missions du cluster de Bourgogne