X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

08 Mar 2018

Ferroviaire , Mobilité , Politique , SNCF , Social

Dossiers > SNCF. Après le rapport, les ordonnances

SNCF. Après le rapport, les ordonnances

Edouard Philippe programme comme prévu la fin du recrutement au statut des cheminots, veut transformer « la SNCF » en société anonyme à capitaux publics. Faire une Deutsche Bahn en version française, à ceci près qu’il ne règle pas au préalable la question de la dette. Le gouvernement ne suit pas les idées de Jean-Cyril Spinetta sur la fermeture de milliers de kilomètres de « petites lignes ». Et va recourir aux ordonnances. Une des lignes rouges tracées par les syndicats. Ordonnances : le bis (redouté) Le gouvernement va présenter le 15 mars une loi d’habilitation lui permettant de légiférer par ordonnances. Ordonnances à géométrie variable. Le gouvernement engagera parallèlement le travail législatif, mais, en cas de blocage, il aura recours aux ordonnances. Selon le Premier ministre, cette méthode n’empêche pas la concertation… Le président du Sénat, Gérard Larcher (LR) va totalement à l’encontre et avait averti : « si le gouvernement réforme la SNCF par ordonnance, on m’entendra. » On va entendre aussi les syndicats, pour qui les ordonnances, c’est la ligne rouge. Ce n’est pas la seule à être franchie. Diagnostic : la sévérité (grande) Le constat de Spinetta est dur envers la SNCF. Edouard Philippe le fait sien. Dans sa concision, le résumé est accablant. « La situation est alarmante, pour ne pas dire intenable » dit le Premier ministre. 14 milliards d’euros de subventions publiques pour fonctionner, « c’est plus que le budget de la police et de la gendarmerie réunies ». Les moyens pour rendre ce service « ont augmenté de 22 % en dix ans ». Et ce service n’est pas satisfaisant : « Sur 20 % du réseau, la vitesse est réduite pour assurer la sécurité des passagers ; c’est deux fois plus qu’il y a dix ans. » La dette, elle, est passée de 20 à 50 milliards en vingt ans. Statut : la fin (attendue) Le gouvernement suit le rapport Spinetta. Il respecte le...

L’accès à ce dossier est protégé

Retrouvez le dossier SNCF. Après le rapport, les ordonnances dans le magazine VR&T n°609

DOSSIERS PrécédEnts

Les Français en force sur le marché mondial du transport public

La SNCF conjugue le TGV au futur

Paris : Christophe Najdovski déroule sa vision pour les transports

Daimler dévoile son premier bus électrique

L’enjeu de la gratuité des transports

Rail : urgence d’un avenir

SNCF. Le grand chantier de l’information voyageurs

Vélib’ ou vélo, pourquoi choisir ?

Contournement Nîmes – Montpellier. Un peu de TGV, beaucoup de Fret

Le tour de France des téléphériques urbains

Le nouveau RER au top niveau

Transports publics 2018. Dans l’attente de la loi d’orientation des mobilités

Signaler un problème