Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

08 Déc 2011

Alstom

Alstom : les questions sans réponses de l’accident meurtrier du train d’essais

Mis à jour le 23 mai 2017

class= »rtejustify »>
Que s’est-il passé pour que le train d’essais d’Alstom, un Régiolis, tue trois ouvriers qui travaillaient sur la voie le 1er décembre dans la Meuse ? Interrogé par Ville, Rail & Transports, Alstom refuse de répondre, se retranchant derrière l’enquête en cours. La veille de l’accident, l’heure de l’essai avait été avancée. L’accident est survenu sur une portion de 11 km de ligne, située entre Loxéville et Willeroncourt, et parallèle à la ligne ferroviaire classique Paris – Strasbourg. Cette voie avait été louée par Alstom auprès de RFF pour 15 ans. Bernard Aubin, du syndicat First, s’interroge : « Comment peut-on concevoir de laisser des employés travailler au milieu d’une voie empruntée par des trains roulant à 100 km/h sans la moindre mesure de protection ? » Selon un autre bon connaisseur du secteur ferroviaire, « le fait qu’Alstom ait mené ses essais en dehors d’une structure habilitée – comme par exemple sur le centre d’essais ferroviaires de Valenciennes, où tout est sous contrôle, ou sur une ligne exploitée par la SNCF –, sur une voie louée directement à RFF, est à ma connaissance une première. Du coup, le constructeur ne bénéficie pas de l’expérience d’un opérateur ».
 

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat