fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

07 Mar 2014

Deux mois après sa mise en service, le réseau de bus de Kourou devient payant

Mis à jour le 23 mai 2017

Après deux mois de gratuité, le réseau de bus de Kourou en Guyane est devenu payant le 1er mars. Ce réseau, nommé K-lyann, a été lancé le 2 janvier 2014 sous forme de délégation de service confiée à la société de transport SARL 3G2M – Trans-Hélène. K-lyann se compose de trois lignes : Colibri, qui dessert les commerces le centre-ville et la mairie ; Pikolet (Picoulette), pour se rendre des quartiers de Kourou ; Ara enfin qui a une vocation plus touristique. Le service est opéré par huit bus dont d'une capacité de 87 places, dont 27 assises, accessibles aux personnes à mobilité réduite, et équipés de 3 caméras de vidéo surveillance.
Les deux mois de gratuité ont été l’occasion d’expliquer le fonctionnement de la billettique qui équipe désormais le réseau. Même s’il est possible d’acheter un titre à bord, il s’agit de limiter ce mode de paiement. D’ailleurs, le prix du billet y est plus élevé : 1,50 euro, contre 1 euro par rechargement en point de vente ou sur le site internet.

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat