fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

11 Sep 2015

Pollution

Pollution souterraine dans le métro : la CFDT demande des « mesures d’urgence »

Mis à jour le 23 mai 2017

Dans une étude présentée le 9 septembre, l'Agence nationale en charge de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) pointe les risques pour la santé des travailleurs du métro et des gares souterraines. L'Anses conclut en effet à « l'existence d'un risque sanitaire respiratoire et cardiovasculaire » : les mesures réalisées depuis le début des années 2000 dans les enceintes ferroviaires souterraines en France montrent des concentrations de particules fines de type PM10 (inférieures à 10 microns soit 0,01 millimètre) « très supérieures » à celles dans l'air extérieur. Ces particules riches en métaux proviennent essentiellement de l'usure du matériel roulant, en particulier de la friction des freins sur les roues des rames et du contact entre les roues des wagons et les rails. L'agence invite donc à des « mesures de prévention » et de réduction des expositions.
Pour protéger les salariés, la CFDT Transports demande notamment au gouvernement d’« immédiatement abroger le décret autorisant les salariés des entreprises à être exposés à un taux de microparticules cent fois plus élevé que pour les usagers » à l'air libre.
Interrogée par l'AFP, la RATP explique que les mesures demandées par l'Anses « sont déjà mises en œuvre ou en cours » pour « réduire de façon drastique les émissions » et qu'« une étude épidémiologique montre qu'on ne constate pas plus de maladies chez nos agents en souterrains par rapport aux autres ».
A la SNCF, Alain Krakovitch, patron du réseau Transilien, dit pour sa part particulièrement surveiller « la maintenance de [ses] installations [d'évacuation de l'air] » et évoque « des recherches en cours sur la poussière générée par le freinage ».

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat