fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !

Se connecter avec



ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

07 Jan 2019

Dossiers > 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré > Colas Rail : une année 2018 de transition

Colas Rail : une année 2018 de transition

Article présent dans le dossier : 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré

En 2019, Colas Rail entend bien tourner le dos à une année 2018 difficile grâce à une innovation importante : la mise au point d’une première suite rapide caténaire permettant de remplacer les poteaux et l’armement.

 

Voies, caténaires, signalisation, annonces et sécurité des chantiers, maintenance des engins ferroviaires, etc. : au total, Colas Rail est présent sur 11 métiers du ferroviaire. « Cette connaissance globale du système de transport est un vrai atout dans notre approche de la maintenance », estime Jean de La Chapelle, directeur général France de Colas Rail. Présente dans 24 pays, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 947 millions d’euros en 2017, dont environ 40 % en France.

Une transition délicate

L’année 2018, quant à elle, a été mouvementée. « Le marché des suites rapides que nous détenions jusqu’alors s’est interrompu en mai 2018. Nous avons en revanche remporté un nouveau marché qui concerne le remplacement du ballast et des traverses, pour la première fois sur les lignes LGV. Un contrat prometteur car les besoins dans ce domaine vont perdurer jusqu’en 2030, voire plus. Mais il ne débutera qu’en 2019. Et en attendant, nous avons donc eu à gérer une phase de transition délicate, que nous avons mis à profit pour travailler la pluridisciplinarité de nos collaborateurs », indique Jean de La Chapelle.

Il vous reste 78% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré dans le magazine VR&T n°619

DOSSIERS PrécédEnts

Feu vert pour les téléphériques français

Ces tunneliers qui creusent le ventre du Grand Paris

Le RER s’exporte en régions

Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission

Comment les start-up inventent la mobilité de demain

Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

Spécial UITP – Le modèle suédois

Spécial UITP – Bus et cars : la transition énergétique vue par les constructeurs suédois

Spécial UITP – Crossway « Natural Power », les nouveaux cars propres d’Iveco

La Bretagne remporte le Grand prix TER

La nouvelle route

RATP Dev et Keolis en lice pour le métro de Buenos Aires