Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

08 Fév 2021

Acela , Alstom , Amtrak , Bombardier , CAF , Etats-unis , ferroviaire , Fret , fret ferroviaire , Grande vitesse , Siemens , SoundTransit , USA

Dossiers > Etats-Unis. Joe Biden, un ami des trains à la Maison-Blanche

Etats-Unis. Joe Biden, un ami des trains à la Maison-Blanche

Le nouveau président des Etats-Unis, Joe Biden, est un ami de longue date du rail. Pour autant, son mandat sera-t-il celui d’une renaissance du rail et des transports publics aux Etats-Unis ? Pas évident : malgré l’hostilité affichée à leur égard par Donald Trump, de nombreux projets ont quand même progressé ces quatre dernières années. Un président américain n’a pas tous les pouvoirs, dans un système fédéral.

Dossier réalisé par Patrick Laval

Il y a les apparences. Côte démocrate, le président Joe Biden est connu pour être un usager assidu d’Amtrak entre « sa » gare de Wilmington (elle porte son nom depuis 2011 !) et Washington, au point d’être qualifié de « plus grand ami des chemins de fer » par Barack Obama, dont il fut le vice-président pendant huit ans. Alors que côté républicain, parmi les innombrables messages sur Twitter de Donald Trump, certains ont donné l’occasion à l’ancien président de s’acharner contre le financement fédéral du projet de train à grande vitesse californien en des termes peu diplomatiques.

Mais la réalité est plus nuancée. Alors que le double mandat de Barack Obama avait débuté par la énième présentation d’une carte de corridors à fort potentiel pour les trains à grande vitesse et que l’arrivée de son successeur à la Maison-Blanche s’était d’emblée accompagnée de menaces sur l’avenir des dessertes assurées à travers les Etats-Unis par les grandes lignes de ...

Il vous reste 76% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Etats-Unis. Joe Biden, un ami des trains à la Maison-Blanche dans le magazine VR&T n°644

DOSSIERS PrécédEnts

Commission européenne

Financements publics. Comprendre le MIE

Mappy RATP

La billettique à l’heure du MaaS

TEE

Faut-il croire à la relance des Trans Europ Express ?

Les dernières innovations sur le marché des bus électriques et autonomes