fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !

Informations importantes

Du fait des nouvelles mesures de sécurité sanitaire, l’envoi des magazines en version papier sera retardé.
Par ailleurs, nos journalistes continuent à vous donner l’actualité du secteur sur notre site et nos réseaux sociaux alors restez connectés !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Une étape importante s’achève pour le chantier de la gare Eole à La Défense

Chantier de la gare d'Eole à La Défense

Première grande étape terminée pour la future gare de Eole à la Défense qui se situera à plus de 40 mètres de profondeur, sous le CNIT : les travaux lancés en 2017 pour créer la structure du bâtiment de la gare ont consisté à soulever les 60 000 tonnes du CNIT (soit cinq étages de bureaux, de boutiques et d’hôtels et trois étages de parkings) pour les placer sur des fondations provisoires, d’en construire de nouvelles, puis de redéposer le CNIT sur ces nouvelles fondations. Le tout en maintenant les activités en surface sans que personne ne se rende compte de l’ampleur du chantier sous terre. « C’est une étape fondamentale qui est quasiment terminée. Nous allons désormais pouvoir démarrer le creusement du volume de la gare », précise Xavier Gruz, le directeur du projet Eole-Nexteo.

Sauf que, du fait de la crise sanitaire, et comme c’est le cas de nombreux chantiers en Ile-de-France, les travaux sont désormais suspendus « pour au moins deux semaines », rappelle Xavier Gruz. L’objectif est maintenant de voir comment garantir la sécurité des salariés, alors que ce chantier a mobilisé entre 450 et 600 personnes.

Une des principales questions à résoudre est de faire respecter une distance d’au moins un mètre entre les uns et les autres. Certaines parties du chantier pourraient, peut-être, être plus facilement relancées que d’autres, même si pour le moment il est impossible de faire des prévisions. « Des discussions sont menées avec les différents groupements », précise le directeur du projet, sachant que, ajoute-t-il, pour SNCF Réseau la priorité actuellement est le maintien des circulations ferroviaires.

M.-H. P. 

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat