fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

07 Jan 2019

Dossiers > 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré > Des besoins supérieurs à la trajectoire du contrat de performance

Des besoins supérieurs à la trajectoire du contrat de performance

Article présent dans le dossier : 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré

Le contrat de performance signé en 2017 entre l’Etat et SNCF Réseau a l’incontestable mérite de fixer des objectifs clairs et une trajectoire financière pour les investissements de renouvellement. Ce cadre manque toutefois sur certains points de réalisme, si l’on en croit un audit sur l’état du réseau ferré national paru en mars 2018. Selon ce document, réalisé à la demande de SNCF Réseau par un groupement d’experts internationaux, les moyens prévus restent en effet insuffisants. « Les efforts consentis depuis la fin des années 2000 permettent le rattrapage progressif du retard de renouvellement des voies et des appareils de voie des groupes UIC 2 à 6 ; sous réserve du maintien de l’effort financier, la substance de ce patrimoine devrait se stabiliser dès 2025-2030. En revanche, résoudre l’obsolescence des caténaires les plus anciennes, maîtriser le vieillissement des ouvrages d’art et moderniser la signalisation nécessiteront des niveaux d’investissements élevés au cours du prochain quart de siècle », notent les rapporteurs. Le document évalue à 520 millions d’euros/an en moyenne sur la période 2017-2026 l’écart entre les besoins théoriques de renouvellement des infrastructures des groupes UIC 2 à 6, LGV comprises, et la trajectoire définie par le contrat de performance. Un montant qui se répartit à hauteur de 130 millions d’euros/an pour les ouvrages d’art, 110 millions d’euros/an pour la voie et les appareils de voie, 160 millions d’euros/an pour les installations fixes de traction électrique et 120 millions d’euros/an pour la signalisation. « Le fait que le gouvernement ait décidé à partir de 2022 de mettre 200 millions d’euros de plus que ce qui était pré...

Il vous reste 78% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré dans le magazine VR&T n°619

DOSSIERS PrécédEnts

Feu vert pour les téléphériques français

Ces tunneliers qui creusent le ventre du Grand Paris

Le RER s’exporte en régions

Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission

Comment les start-up inventent la mobilité de demain

Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

Spécial UITP – Le modèle suédois

Spécial UITP – Bus et cars : la transition énergétique vue par les constructeurs suédois

Spécial UITP – Crossway « Natural Power », les nouveaux cars propres d’Iveco

La Bretagne remporte le Grand prix TER

La nouvelle route

RATP Dev et Keolis en lice pour le métro de Buenos Aires