fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !

Se connecter avec



ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

07 Jan 2019

Dossiers > 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré > Maintien des circulations : une analyse au cas par cas

Maintien des circulations : une analyse au cas par cas

Article présent dans le dossier : 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré

Concilier efficacité économique des chantiers et circulation optimale des trains constitue bien sûr l’équation centrale de SNCF Réseau et de ses prestataires. Les innovations technologiques apportent dans certains cas des éléments de réponse.

 

«

 Il ne peut pas y avoir de position dogmatique. Nous procédons nécessairement à une analyse au cas par cas pour déterminer dans quelles conditions vont se faire les travaux. Nous recherchons évidemment le meilleur équilibre entre le coût de nos chantiers qu’on cherche à minimiser et le maintien des circulations », indique Matthieu Chabanel, directeur général délégué Ingénierie et Maîtrise d’ouvrage de SNCF Réseau. Le pourcentage de travaux de nuit, variable d’une année sur l’autre notamment pour les chantiers en suite rapide, constitue notamment un indicateur suivi à la loupe, qui peut osciller de 50 à 70 % selon les années (voir article sur le contexte financier p. 45).

Les conditions de restitution. SNCF Réseau reconnaît toutefois ne pas avoir de grandes marges de manœuvre sur la réalisation des travaux. « Nous avons surtout travaillé sur les conditions de restitution des travaux. Historiquement, quand on remplaçait des rails, on devait par exemple circuler à 120 km/h sur une ligne à grande vitesse le lendemain. Progressivement, en améliorant les technologies mises en place, on a réussi à monter à 160 km/h. Et sur les chantiers de la LGV Nord, on peut dans certaines configurations circuler dès le lendemain à 300 km/h »<...

Il vous reste 78% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier 2,818 milliards pour moderniser le réseau ferré dans le magazine VR&T n°619

DOSSIERS PrécédEnts

Feu vert pour les téléphériques français

Ces tunneliers qui creusent le ventre du Grand Paris

Le RER s’exporte en régions

Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission

Comment les start-up inventent la mobilité de demain

Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

Spécial UITP – Le modèle suédois

Spécial UITP – Bus et cars : la transition énergétique vue par les constructeurs suédois

Spécial UITP – Crossway « Natural Power », les nouveaux cars propres d’Iveco

La Bretagne remporte le Grand prix TER

La nouvelle route

RATP Dev et Keolis en lice pour le métro de Buenos Aires