En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur notre site, réaliser des statistiques d’audiences et vous permettre de partager des informations sur les réseaux sociaux. En savoir plus.

X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

08 Juin 2018

Mobilité , Route , Innovations & Technologie

Dossiers > Demain la ville

Demain la ville

  Digitalisation, nouveaux usages, changement climatique… Ces nouveaux défis incitent les métropoles à rivaliser d’idées pour se réinventer. Les idées les plus futuristes soulèvent de nombreuses questions, tandis que les politiques réduisant la part de l’automobile au bénéfice des piétons et des cyclistes ont toujours de l’avenir, comme celles lancées il y a déjà des décennies par des pays d’Europe du Nord. Alors qu’Amazon espère dans un futur proche livrer des colis avec des drones et explique sur son site qu’un jour, « voir des engins Prime Air sera aussi normal que de voir des fourgons postaux sur les routes », d’autres entreprises et start-up (Starship, Marble…) testent des robots livreurs dans les rues de plusieurs villes américaines. Pas toujours sans obstacles : le 5 décembre, le conseil municipal de San Francisco a banni les robots livreurs de ses trottoirs en raison des risques qu’ils pourraient faire courir aux piétons, particulièrement les plus fragiles d’entre eux, enfants, personnes âgées, handicapées ou malvoyantes. Les élus voulaient aussi défendre les emplois menacés par la robotisation. L’affaire illustre les débats – et les craintes – suscités par l’intelligence artificielle appliquée dans la vie de tous les jours. Mais dans ce domaine, les réactions sont très différentes d’une cité à l’autre, et presque étonnantes pour une ville comme San Francisco située en plein cœur de la Silicon Valley. En Europe, Londres et Hambourg ne sont pas effarouchées et tendent les bras à ces start-up high-tech. Ailleurs, de multiples expérimentations sont menées par tous les grands acteurs de l’e-commerce, des logisticiens ou par La Poste qui exploite déjà dans le Var une ligne quotidienne par drone pour livrer des colis et teste dans plusieurs communes des chariots autonomes qui suivent le facteur dans ses tournées.   Les nouvelles mobilités peuvent faciliter la vie en ville mais gare à ses effets pervers ! Dans...

L’accès à ce dossier est protégé

DOSSIERS PrécédEnts

Demain la ville

Catherine Guillouard : « Nous sommes déjà en concurrence. Ce n’est pas une vue de l’esprit, c’est un état de fait »

La Chine prend le monde entier de vitesse

Setra lance un gros-porteur très à la hauteur

RATP. Quand le bus se gare tout seul

Les Grands prix des régions 2018

ERTMS. Espéranto du rail ou dialectes européens ?

« Le trolleybus est le bus électrique de demain »

Grand Paris : un livre pour refaire le match

Grand Paris Express La moitié de la vérité

Comment ils voient l’avenir du véhicule autonome

Ile-de-France : 10 000 bus sous tension

Signaler un problème