fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

17 Mai 2022

appli , Application , collectivités , MaaS , Mobilité , rail , standardisation , train , Transports

Dossiers > MaaS La tentation de la norme > « Le MaaS doit surtout servir à diminuer l’autosolisme et à simplifier la vie » - Laurent Briant, ancien directeur général de Cityway

« Le MaaS doit surtout servir à diminuer l’autosolisme et à simplifier la vie » - Laurent Briant, ancien directeur général de Cityway

Article présent dans le dossier : MaaS La tentation de la norme

Ville, Rail & Transports. Il semble y avoir autant de visions du MaaS que d’interlocuteurs, quelle est la vôtre ? Laurent Briant. Plusieurs visions peuvent se juxtaposer sur l’usage du MaaS. Il peut simplifier la vie, diminuer la consommation de CO2 et la congestion, aider à la mise en oeuvre des politiques publiques ou encore constituer un guichet unique qui permettra de créer des économies d’échelle. Toutes ces visions n’ont pas le même objectif. Pour ma part, je considère que le MaaS doit surtout servir à diminuer l’autosolisme et à simplifier la vie des concitoyens. Il y a également différents modèles économiques… La plupart des MaaS relèvent du modèle B to G - business to government -, avec un financement par les collectivités locales. On l’a vu avec l’expérience Whim, où le modèle B to C n’est pas simple à mettre en oeuvre puisque seules les courses en taxi s’avèrent rentables, contrairement au vélo, transport en commun ou covoiturage qui ne fonctionnent que grâce au financement des collectivités. Un MaaS privé aurait ainsi tendance à privilégier des modes ne contribuant pas à réduire la part de l’autosolisme. VRT. Qu’en est-il du MaaS de Saint-Etienne sur lequel Cityway est intervenu ? L. B. A Saint-Étienne, il y a des millions de requêtes chaque mois. Nous avons proposé un MaaS qui est très apprécié par les élus et le réseau, mais surtout par les utilisateurs. Nous avons agrégé et interfacé les services du ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Se connecter
Pas encore lecteur? Je crée mon compte

Acheter à la carte

Ce dossier : 5€
par porte monnaie

ou par CB
J'achète le dossier

S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus
de Ville-Rail-Transports
Je découvre les offres

DOSSIERS PrécédEnts

© Patrick Laval

Le transport public face aux enjeux écologiques

© POMA

Le téléphérique trouve sa place

© DR

Lyon – Turin Les atermoiements français

© European Moblity

Les rendez-vous incontournables du Salon européen de la mobilité